Après un long buzz, Xavier Niel met fin à cette attente interminable. En effet une conférence de presse a eu lieu hier matin à 8h30 au siège parisien de Free, pour le lancement de son offre mobile.

« Diviser par deux »

« Si vous ne venez pas chez Free, les pigeons c’est vous, et vous le savez maintenant. » Free est le détenteur de la quatrième licence de téléphonie mobile après Orange, SFR et Bouygues télécom.
Xavier Niel a dévoilé ce matin l’offre unique de free mobile à 19.99€ avec tous les services illimités. C’est l’offre idéal a déclaré Iliad, la maison mère. Le nouveau concurrent, propose également une offre « sociale » à 2 euros par mois pour une heure d’appel et 60 SMS, qui sera accessible à tous sans condition de ressources, gratuite pour les abonnés à la Freebox. Ces forfaits sont destinés « aux personnes qui n’ont pas les moyens et sur la tête desquels (les autres opérateurs) ont tapé de manière scandaleuse », selon Xavier Niel.

Les abonnés Free comptent dessus
Après un temps de rumeurs en tout genre, l’opérateur avait indiqué lundi que les inscriptions à Free Mobile était possible « à compter du mardi 10 janvier 2012 à 9H30″, en première page  du site mobile.free.fr.
Depuis vendredi, un message apparaît sur l’écran télévisé des abonnés internet de Free, les invitant à faire les premières démarches en vue de changer d’opérateur… pour les offres Free Mobile. Free, fort d’une base de près de 4,8 millions d’abonnés internet, est très attendu sur le créneau du quadruple-play (internet, télévision, fixe et mobile).

 

La concurrence en colère

Les tarifs de la téléphonie mobile ont déjà baissé avant même l’arrivée de Free. Orange, Bouygues Telecom et SFR l’ont anticipé en lançant ces derniers mois des offres moins chères et qui répondent à des segments de la population très précis, comme Sosh chez Orange.
Le PDG d’Orange, Stéphane Richard, a assuré la semaine dernière que son groupe avait « tout un arsenal de ripostes commerciales prêtes pour répondre très rapidement aux offensives » de Free. Il s’est également dit prêt à jouer sur les prix de ses offres si nécessaire. Suite de la guerre entre les opérateurs à suivre de très près.