Steve Ridgway, britannique de 61 ans, actuel CEO de la compagnie aérienne Virgin Atlantic depuis 23 ans a annoncé non sans surprise sa volonté de quitter l’entreprise.

Riche de douze années d’expérience à la tête de Virgin Atlantic — et après 23 ans au service du transporteur aérien créé par Sir Richard Branson, faisant passer la compagnie de deux avions à une flotte de quelques 40 appareils —, Steve Ridgway va sans nul doute laisser une feuille de route chargée à son successeur : hausse du prix des carburants rendant le transport aérien plus coûteux, crise de l’euro et concurrence toujours plus prononcée des compagnies low-cost.

L’homme, qui est entré en 1989 au service de la compagnie de Sir Richard Branson, a reconnu avoir eu « beaucoup de bons moments et peu de mauvais », le dernier étant sans doute l’échec de la reprise cette année de BMI, fusionnée avec IAG (British Airways et Iberia). Ne s’avouant pas vaincu, Virgin avait alors contesté la décision auprès de la Commission Européenne en vue de bloquer la fusion.

Virgin Atlantic — transportant 5,5 millions de passagers annuellement à travers le monde — est aujourd’hui possédée à 51 % par Richard Branson et, depuis 2000, à 49 % par Singapore Airlines, suite à une transaction qui avait évalué l’entreprise à 1,97 milliard de dollars. Elle possède des accords de partage de code avec Air China, Air New Zealand, All Nippon Airways, Cyprus Airways, Gulf Air, Hawaiian Airlines, Jet Airways, Malaysia Airlines, Scandinavian Airlines Systems (SAS), Singapore Airlines, South African Airways, Transaero, US Airways, Virgin America et Virgin Australia.