A l’heure où Facebook se rapproche du milliard d’inscrits sur son réseau social, la sortie d’un « Facebook Phone« , un smartphone développé par la firme américaine, est de plus en plus d’actualité. Il s’agit là du nouveau projet de Mark Zuckerberg.

L’actualité de Facebook est donc très chargée ces derniers temps, et chez Facebook, le seul patron c’est bien Mark Zuckerberg : Après le rachat très médiatisé d’Instagram pour un milliard de dollars, transaction gérée entièrement par Zuckerberg lui-même sans que le conseil d’administration de Facebook n’en soit averti, le dirigeant le plus célèbre du web prépare l’entrée en bourse de Facebook dans les prochaines semaines.

Instagram, dont le rachat par Facebook a été entièrement géré par Zuckerberg en personne

Et c’est dans ce contexte que le nouveau projet de Zuckerberg apparaît comme potentiellement révolutionnaire dans le monde de la téléphonie mobile : partant du principe que la majorité des inscrits sur Facebook utilisent l’application mobile pour naviguer sur Facebook, l’idée de créer un smartphone facilitant la navigation, un smartphone « social » a germé. C’est avec l’entreprise coréenne HTC que Zuckerberg développerait ce terminal mobile d’un nouveau genre, privilégiant le HTML5 pour ses applications et doté d’un système d’exploitation basé sur Android de Google, mais retravaillé par les équipes d’ingénieurs de Facebook, laissant le développement matériel à HTC. Les rumeurs les plus fondées, avancées par le blog All Things Digital, parlent d’une sortie pour la fin 2012, début 2013 au plus tard.

Avec près d’un milliard d’utilisateurs de Facebook, le Facebook Phone a devant lui une cible de consommateurs immense et déjà sensibilisée, on peut donc s’attendre, après la révolution « iPhone » à une nouvelle révolution « Facebook Phone ».

Toutefois, on peut légitimement se demander comment la confidentialité sera gérée sur le Facebook Phone : déjà décrié pour la gestion de la confidentialité sur son propre réseau social, comment Facebook pourra rassurer les consommateurs quant à la gestion et à la protection de leurs données personnelles sur un terminal dont le système d’exploitation est conçu par les équipes de Facebook ? De plus, un smartphone « social » ne peut pas se contenter de ne faciliter que l’accès à Facebook : Quid de Twitter, Google+… ? On peut donc également se poser la question de l’orientation que Facebook donnera à son système d’exploitation : un univers dédié au social, au partage, facilitant la navigation et l’échange sur tous les réseaux sociaux, ou un univers dédié à Facebook et lui permettant d’accroître son avantage concurrentiel sur les autres réseaux sociaux, mais se privant des consommateurs potentiels addicts aux autres réseaux sociaux ?

En conclusion, Facebook connaît toujours pour le moment un croissance sans faille, mais cette croissance ne sera pas sans limite, et Facebook devra un jour faire face à une saturation du marché. Dans ce contexte, Zuckerberg tente de monétiser au maximum son entreprise en développant son modèle économique : Le Facebook Phone fait donc partie intégrante de cette évolution, et il s’agit bien d’un tournant majeur à venir, tant pour Facebook que pour les utilisateurs de Facebook.