Pierre Barnabé est un personnage incontournable du panorama des business men français. A seulement 41 ans, son parcours est déjà impressionnant et il n’a pas fini de gravir les échelons. Cet homme dont on entend de plus en plus parler, a su faire ses preuves en occupant déjà des hauts postes à responsabilité. Aujourd’hui, en tant que DG de SFR Business Team, il souhaite mettre l’accent sur le Cloud Computing. Explications.

Son parcours

Pierre Barnabé a effectué des études d’ingénieur au Centrale Paris, puis il a développé son côté commercial et managérial à l’ESC de Rouen.

Il a fait ses débuts dans le monde professionnel chez Thales, dans le secteur du capital-risque. Puis il est entré chez Alcatel-Lucent en 1998 en tant que responsable adjoint du compte SFR, avant de gravir peu à peu les échelons. Il est passé de Vice-Président des ventes France à Vice-Président des ventes Europe du Sud, puis il est devenu PDG D’Alcatel-Lucent France, l’une des plus grosses filiales de l’équipementier en télécoms. Il a finalement été promu Directeur des Ressources Humaines et de la Transformation du groupe Alcatel-Lucent, et a donc accédé à un rang international. Ce dernier poste est plus important que celui d’un simple DRH et son expérience au sein du groupe lui a permis d’accentuer la recherche et l’innovation, primordiales pour une entreprise de ce genre.

On remarque donc qu’en l’espace de 10 ans, Pierre Barnabé a connu une ascension importante et s’est adapté avec brio à tous les postes et toutes les missions qui lui ont été confiées. Il est cité en exemple par la maison et son travail est reconnu de tous.

Son arrivée chez SFR Business Team

En juin 2011, Pierre Barnabé devient Directeur Général de SFR Business Team, la branche « entreprises » de SFR. Il succède ainsi à Paul Corbel, qui avait été nommé à la tête de SFR Business Team en juillet 2008. Suite logique des choses, Paul Corbel a été promu chez Vivendi, maison mère de SFR.

Le nouveau DG de SFR Business Team a su dynamiser le groupe et développé des stratégies bien précises pour les entreprises. Déjà passé en mode offensif sur son marché (campagne de communication récompensée, multiplication de contrats avec de gros partenaires comme Michelin et les télécoms des ministères français), SFR voit avec son nouveau DG ses objectifs s’élargir et atteindre le domaine de l’innovation en matière de partage de données.

En effet, l’objectif est clair : SFR veut renforcer sa présence sur le marché des services, qui ne représente actuellement qu’un maigre pourcentage de ses revenus dans le secteur Entreprises. Ce segment des services comprend tout ce qui relève du domaine de l’hébergement, de la sécurité et du cloud. Et c’est sur ce dernier point que se concentrent tous les efforts de la branche, emmenée par Pierre Barnabé.

« Nous avons l’objectif de devenir un passage obligé grâce à notre position centrale et globale. Car il faut pouvoir proposer des solutions intégrées.» C’est en ces termes que le DG exprime son intention de donner une nouvelle dimension à SFR Business Team.

Une méthode encore peu connue et des clients très sceptiques

Le problème ? Les PME restent très dures à convaincre, car très réticentes vis-à-vis de cette technique qui externalise toutes les données et ne précise pas toujours où celles-ci sont stockées… Un scepticisme compris par la branche et à laquelle elle s’efforce de répondre avec le plus de précisions possibles. Car ce que souhaitent surtout les entreprises, c’est que leurs données restent sur le territoire français, avec un suivi maximal et des précisions sur les modalités de stockage.

La stratégie choisie par l’entreprise passe donc par le développement de partenariats avec des acteurs français et européens certifiés, qui garantissent une sécurité maximum aux clients.

Le projet Andromède, la solution au problème de la sécurisation des informations

Pierre Barnabé et SFR Business Team proposent donc aujourd’hui un Cloud Computing à trois niveaux pour correspondre aux besoins de chacun :

-       Un cloud public (à travers un partenariat avec HP) rapidement déployable mais offrant un niveau de sécurité basique ;

-       Un cloud privatif plus sécurisé, géolocalisé en France, redondant ;

-       Et un cloud privé, hautement sécurisé et réservé a priori aux grands comptes.

Pour cette dernière approche, SFR s’est associé à la société Bull et a été soutenu par l’Etat, afin de déployer une infrastructure de Cloud Computing « à vocation française et européenne ».

Qui est Bull ? C’est une société aux multiples aspects qui développe notamment des solutions de haute sécurité dans le domaine informatique. Bull remplace l’ancien partenaire Dassault qui s’est retiré du projet baptisé « Projet Andromède », dont vous trouverez toutes les explications dans l’Interview vidéo de Pierre Barnabé.

En quelques mots, Andromède aura pour but de fournir des services de cloud computing puissants, sécurisés, compétitifs et respectueux de l’environnement pour l’ensemble des acteurs économiques privés et publics. Il répond ainsi à des besoins de particuliers ou de PME comme à des besoins étatiques nécessitant de hauts niveaux de protection et de sécurisation des données.

De plus, SFR BT promet un interlocuteur unique et un accompagnement étroit, que le client soit une PME (à partir de 50 postes) ou un grand compte. Par ailleurs, l’opérateur estime qu’il est le mieux placé pour proposer ce genre d’offres car il possède la brique de la connectivité suffisante pour rassurer.

C’est donc un projet difficile et périlleux que la firme s’apprête à mettre en place, et qui laisse encore de nombreux doutes chez les principales cibles. D’autres perspectives de développement sont étudiées et doucement mises en place dans le groupe, afin de toujours plus asseoir leur position dans le domaine des télécoms. On entend par là des accords avec Vodafone pour améliorer son service à l’international, et ceux avec Orange sur le national pour le renforcement de son offre fibre optique aux entreprises.

Affaire à suivre…