Andrew Mason, fondateur et CEO du célèbre site Groupon, vient en effet d’être remercié brutalement par son conseil d’administration. Il paye ainsi les mauvais résultats de la société pour l’année 2012, avec notamment la chute vertigineuse du cours de bourse de l’action. Le titre a en effet perdu 80% de sa valeur initiale depuis l’introduction en novembre 2011. Et ce après qu’en avril 2010, soit moins de 2 ans après sa création, Groupon ait été valorisée à 1,35 milliards de dollars, et considérée par le magazine Forbes comme « devant générer des revenus de 1 millard $ plus rapidement que toute autre entreprise. »

Groupon vient de publier ses comptes pour 2012, et ceux-ci affichent une perte nette de 81,1 millions de dollars. La société reproche à Andrew Mason de n’avoir par suffisamment réagi à la dégradation de l’activité – rappelons que le modèle économique de Groupon (une offre de produit/jour dans chaque catégorie proposée, assortie d’un rabais de 50 à 90%) est facilement copiable. Plus de 500 sites similaires sont aujourd’hui répertoriés dans le monde, dont une centaine en Chine. En outre, le système de coupons sur internet rencontre vite ses limites du point de vue du marchand : marges quasi-négatives, notoriété nulle et fidélisation inexistante.

Dans l’attente d’un nouveau dirigeant, ce sont Eric Lefkofsky (co-fondateur) et Ted Leonsis (administrateur) qui assureront l’intérim. Quant à Andrew Mason, il s’est exprimé publiquement – et sans ambiguïté – sur le sujet via son blog personnel :

Après quatre années et demi passées à la tête de Groupon, j’ai décidé de consacrer plus de temps à ma famille. Non en fait je plaisante, j’ai été viré.