Michael Schumacher vient de prendre sa retraite en tant que pilote de F1, après 91 victoires et 7 titres mondiaux dont 4 d’affilés. C’est un pilote hors norme qui aura marqué le monde du sport automobile à jamais, mais Michael Schumacher c’est aussi une marque, et surtout un business.

En plus de ses sponsors, Michael Schumacher est l’un des sportifs les mieux payés au monde. Son salaire en tant que pilote en 2011 était quand même – encore – de 18 millions d’euros, et cela malgré une saison un peu terne. On est loin cependant des 25 millions de dollars perçus chaque année, lorsqu’il était encore chez Ferrari et accumulait les records.

Au-delà de ça, son premier retour à la compétition a généré près de 38 millions d’euros de retombées financières selon le Daily Mail. 11,3 millions seraient issus de partenariat personnels, comme Navyboot, Audemar Piguet ou encore JetSet.

Même s’il est loin des Roger Federer ou Lebron James, Michael Schumacher reste l’un des premiers à avoir su valoriser son image à outrance. Cela est sans doute du à son agent Willi Weber, qui a pris sous sa coupe le pilote dès son plus jeune âge. Étant ROIste comme tous les businessmen, Willi Weber a voulu en avoir pour son argent.

Willi Weber, l'agent de Michael Schumacher

A gauche de l’image Willi Weber

Au départ ses financiers (sponsors) étaient là pour lui payer un volant. Rappelons que beaucoup de pilotes en F1 payent leur volant (environ 10 millions de dollars par an). Après le succès, ses sponsors étaient là pour l’image, à l’instar de Dekra par exemple, lors qu’il était chez Benetton.

Après son arrivée chez Ferrari, au-delà du sponsoring, Michael Schumacher a réussi à monétiser son nom. Vous pourrez d’ailleurs trouver un bon nombre d’objets à son nom, via cette boutique en ligne. Les  revenus estimés autour de son nom s’élèveraient à 8 millions d’euros. Une manne financière qui ne fait qu’alimenter une fortune personnelle estimée aujourd’hui à 700 millions d’euros. Son dernier contrat de sponsoring, signé il y a seulement un mois avec les systèmes de guidage Erlinyou, lui rapportera 7,5 millions d’euros par an et cela jusqu’en 2015.

Bien sûr, tout cela n’aurait pas été possible sans son fabuleux coup de volant, mais aussi sans tous les hommes et femmes qui ont contribué à construire et mettre au point les machines qui l’ont fait gagner. Dans le sport automobile, le pilote est bien souvent seul mis en avant, alors que des centaines de personnes participent aux performances de la voiture.