Le 15 janvier prochain, Mary Barra succédera à Dan Akerson à la tête du deuxième constructeur automobile mondial General Motors, une exception dans ce monde dominé par les hommes. Retour sur une nomination sans précédent.

Tout son parcours au sein du géant américain

Mary Barra jusqu’alors vice-présidente en charge du développement des produits et de la logistique connait bien la maison. Entrée dans l’entreprise avant sa vingtaine, et comme l’avait fait son père, Mary Barra connaît toutes les secteurs de l’entreprise, de la fabrication à la conception. Ce n’est qu’après un MBA que GM lui donne la possibilité d’accéder aux plus hauts postes de direction. A 51 ans elle est sur le point d’accéder aux plus hautes fonctions du constructeur américain qui d’ailleurs est en meilleur santé grâce aux actions de son prédécesseur.

Dan Akerson laisse un groupe en bonne santé

Grâce à sa politique, Dan Akerson peut se prévaloir d’un bilan solide et qui aura permis à GM de retrouver le chemin de la rentabilité. Ancien de chez ATT et Nextel puis du fond d’investissement Carlyle, il avait pris la direction générale en 2010 après être nommé en Juillet 2009 par le gouvernement qui venait de prendre une participation de 61% dans le groupe, alors que celui- ci était en faillite. Petite parenthèse ici, le gouvernement vient de vendre ses parts et repart avec une moins value de plus de 10 milliards de dollars. Le redressement opéré par le dirigeant verra la fermeture d’usines et des licenciements en masse, sacrifices nécessaires à la survie du groupe.

Une nomination qui bouleverse l’organisation

Comme on pouvait se douter cette nomination n’est pas un remplacement pur et simple. Au niveau opérationnel Mary Barra sera secondée par Dan Ammann 41 ans, le directeur financier de GM, qui prendra la charge des opérations internationales. La future dirigeante ne récupère pas le poste de président du conseil d’administration de son prédécesseur. Ce poste sera occupé par Théodore Solso actuel membre du board. Ce jeu de chaise musicale ne profite pas à Steve Girsky Vice président actuel et dauphin opérationnel du constructeur. Il devient maintenant simple conseiller et quittera le groupe en Avril, tout en restant au conseil d’administration.

Bref une nomination exceptionnelle dans le monde de l’automobile qui montre encore une fois qu’être une femme n’est pas incompatible avec des fonctions exécutives.