Marissa Mayer

Est-il bon de mener plusieurs guerres de front ? A l’heure où tous les projecteurs sont braqués sur la n°1 de Yahoo!, Marissa Mayer multiplie les annonces et les prises de décisions pour booster son entreprise. Malgré tout, la détermination de la PDG ne semble pas suffire à remonter la barre puisque l’entreprise cotée au NASDAQ vient d’annoncer un chiffre d’affaire annuel en baisse de 6%. Selon des résultats publiés le 28 janvier dernier, le chiffre d’affaires du groupe aurait baissé de 5 milliards de dollars sur l’année et d’1,3 milliard de dollars sur le quatrième trimestre 2013. La cause serait le recul du prix de la publicité, sa principale source de revenus. Au lendemain de l’annonce des résultats, à l’ouverture du Nasdaq, Yahoo! perdait près de 7 %. Des chiffres que Marissa Mayer, qui ne peut pas ignorer la réalité d’un marché morose, trouve toutefois encourageants : «Cela nous prendra plusieurs années pour atteindre un rythme de croissance qui nous satisfera».

Pour faire écho à ces chiffres, Marissa Mayer avait annoncé le licenciement de son numéro 2 et ancien collègue chez Google en début d’année. Henrique de Castro fraîchement remercié par la « Silicon Valley sweetheart*» de Yahoo!, occupait le poste de directeur d’exploitation, en charge du management stratégique et opérationnel des ventes, des opérations, des médias et du développement dans le monde depuis Octobre 2012. Les raisons invoquées de ce licenciement prématuré seraient les performances publicitaires décevantes du numéro 2 depuis son recrutement, un argument que les résultats 2013 viennent corroborer. A ce jour, le nom du remplaçant d’Henrique de Castro n’a pas encore été communiqué par la société.

Par ailleurs, cette décision est en phase avec l’annonce de la PDG au dernier CES de Las Vegas début janvier. Celle-ci a en effet annoncé une volonté de renouveler la stratégie publicitaire avec plusieurs projets à venir tels que le lancement d’une nouvelle marque unifiée (Yahoo Advertising) et la présentation d’une nouvelle plateforme publicitaire (Yahoo Ad Manager). Cette dernière permet entre autres aux annonceurs en ligne de gérer leurs achats d’espaces sur l’inventaire du réseau Yahoo!. Mais sa détermination ne s’arrête pas là, la n°1 du groupe serait en train de plancher sur un moteur de recherche indépendant. Une rumeur lancée par le site américain recode.net notamment sur deux projets intitulés « Fast Break » et « Curve Ball » qui provoquent d’autres questions notamment sur la volonté de Yahoo ! de lancer un nouveau système d’exploitation qui viendrait concurrencer Android ou Apple.

Pourtant malgré un optimisme et une motivation inébranlables, de nombreux défis continuent de se présenter notamment sur un marché à la concurrence toujours plus rude et où des innovations technologiques ou jeunes start-ups prometteuses apparaissent chaque jour et font trembler les fondements d’entreprises qui peinent à maintenir le cap. C’est donc armée de patience et avec une « stratégie claire » que Marissa Meyer, habile commandant de bord de son paquebot, entend bien le conduire à bon port, et le hisser au niveau de mastodontes comme Microsoft, Apple ou Google.

*La fiancée de la Silicon Valley