Aujourd’hui c’est avec Marcus Thielking que nous avons la chance de nous entretenir. Marcus Thielking revient sur son entreprise, Skobbler, et nous fait part de ses actualités…

Florent Hernandez : Bonjour Marcus Thielking, pouvez-vous nous présenter rapidement vos activités, votre parcours, ce qui vous a amené à créer Skobbler aujourd’hui ?

Marcus Thielking : Diplômé de l’Ecole Supérieure de Gestion à Otto Beisheim (WHU) à Vallendar, en Allemagne,  j’ai intégré Navigon AG, le spécialiste des systèmes de navigation, où je deviens rapidement responsable du développement corporate. Fin 2008 je crée skobbler GmbH et en deviens le directeur Marketing et Financier.

Florent Hernandez : Présentation de skobbler et de sa nouvelle appli GPS: quelles sont ses particularités ?

Marcus Thielking : Fondé en 2008 et basé à Berlin, skobbler est devenu l’un des principaux acteurs dans la conception et le développement d’applications de géolocalisation pour les appareils mobiles. skobbler s’appuie sur OpenStreetMap, un outil qui crée et fournit des données géographiques libres, pour développer des applications intelligentes à partir d’une technologie cartographique de pointe.

Skobbler est composé d’une équipe de 60 personnes et possède un centre de R&D situé à Cluj-Napoca, en Roumanie.

Aujourd’hui, la société compte 2.5 millions d’utilisateurs de l’application GPS Nav 2 à travers le monde et propose également 2 autres applications : ForeverMap (Des cartes consultables partout et à tout moment, même hors ligne) et GeoBrain (Un jeu pour découvrir la planète).
L’appli GPS Navigation 2 est une application GPS hybride, dédiée aux appareils iOS et s’utilise aussi bien en ligne que hors ligne. La cartographie utilisée est extrêmenent précise et d’une qualité incomparable grâce à la technologie OpenStreetMap (OMS) – un outil qui crée et fournit des données géographiques libres – sur laquelle skobbler s’appuie pour développer ses applications. Elle intègre de nombreuses fonctionnalités qui permettent à l’utilisateur de choisir d’activer un ou plusieurs modes pour faciliter son utilisation depuis un iPhone ou un iPad, avec une version optimisée pour ce dernier.

  • Le mode « conduite libre » permet à l’utilisateur de s’orienter sur la carte sans devoir saisir une destination et propose une large gamme de services pratiques disponibles via les fonctions de recherche, par catégorie et par localité (les meilleurs restaurants, hôtels et points d’intérêts à visiter). Bref, c’est un véritable guide qui permet de contourner les bouchons, de signaler les radars à proximité et de donner des conseils.
  • Afin d’optimiser encore son appli, skobbler a conçu le mode « sko-pilot » qui signale à l’utilisateur, selon sa position, les zones de danger ou à risque (radars fixes et radars feux rouges) qui se trouvent sur sa route sans même avoir besoin de saisir préalablement une destination. L’objectif de skobbler est d’acquérir et de construire une communauté d’utilisateurs fiables qui pourront, par la suite, signaler en temps réel les aléas de la route.

Florent Hernandez : L’appli GPS Navigation 2 est-elle une menace pour les autres acteurs du marché des GPS ? Si oui en quoi ?

Marcus Thielking : L’Appli GPS Navigation 2 va faire son entrée sur l’App Store français pour seulement 1,59 euros. Une fois téléchargée, il suffira ensuite de télécharger les cartes souhaitées : 2,99 euros pour un pays, 5,99 euros pour l’Europe et 9,99 euros pour le monde. Les mises à jour des cartes installées sont gratuites de facto car skobbler s’appuie sur le projet de crowdsourcing Open Street Map pour développer son application.

Avec GPS Navigation 2, nous entendons bien nous positionner comme une appli de navigation d’une grande qualité aux côtés des grands acteurs du secteur. Grâce à son excellent rapport qualité-prix, cette appli est ultra compétitive face aux autres produits haut de gamme dédiés à la navigation.

 


Florent Hernandez : Vous semblez beaucoup miser sur l’aspect communautaire, notamment en vous appuyant sur la technologie Open Street Map pour concevoir et développer vos appli. Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

Marcus Thielking : Oui, en effet, nous nous focalisons sur l’aspect communautaire. Dans la mesure où l’OSM est un projet de crowdsourcing, nous sommes obligés d’être orientés vers la collectivité. Nous allons franchir une étape supplémentaire en intégrant un mode dédié, sko-Pilot qui signale à l’utilisateur, selon sa position, les zones de danger ou à risque (radars fixes et radars feux rouges) qui se trouvent sur sa route sans même avoir besoin de saisir préalablement une destination. L’objectif de skobbler est d’acquérir et de  construire une communauté d’utilisateurs fiables qui pourront, par la suite, signaler en temps réel les aléas de la route. qui signalera les zones de dangers ou à risque et ainsi nous construirons une communauté d’utilisateurs.

Open Street Map est un peu le wiki de la navigation. Il s’agit d’un outil communautaire ouvert à tous et qui permet à chacun de contribuer à améliorer la précision des cartes, en partageant ses connaissances et ses  informations. Le niveau de détail d’OSM pour les grandes villes comme Berlin ou Londres dépasse presque tous les autres fournisseurs.

Pour en savoir plus sur l’Open Street Map, je vous invite à vous rendre sur : http://wiki.openstreetmap.org/wiki/FR:Main_Page

Florent Hernandez : Votre application n’est disponible que sur iOS: Pourquoi ce choix ? Avez-vous prévu de développer les autres OS ? 

Marcus Thielking : En Allemagne et dans d’autres pays, il existait une application de navigation gratuite pour Android, mais face à Google Play, pré-installé  sur tous les smartphones Android, nous n’avions pas de légitimité et nous avons donc décidé de retirer notre navigateur skobbler du marché pour Android. Cependant nous ne négligeons pas Android et nous travaillons sur d’autres projets. Nous avons un œil attentif sur le marché Android et si les conditions changent, nous pourrions rentrer à nouveau dans l’Android Store avec une application de navigation. Mais pour l’instant notre priorité est l’iOS.

Je vous invite à lire ce billet pour en savoir plus : http://blog.skobbler.com/2012/02/why-we-shut-down-the-android-skobbler-navigation/