Alors que les nouvelles technologies de communication numérique sont omniprésentes et changent nos habitudes au quotidien, on voit se créer des canaux d’interaction innovants et agiles. Voici l’objet du nouvel ouvrage de Marco Tinelli dont il nomme ce phénomène de « big bang ».

PDG et fondateur de FullSIX, groupe indépendant de communication en ligne et de marketing relationnel, Marco Tinelli a récemment sorti son livre « Le Marketing synchronisé – Changer radicalement pour s’adapter au consommateur de l’ère numérique »[1].

D’origine italienne, Marco Tinelli crée plusieurs sociétés numériques, puis rejoint le groupe Publicis ce qui va lui permettre de s’initier au domaine de la communication et du conseil. C’est en 1998 que sera fondée FullSIX, suite à un rapprochement entre son agence Grey Interactive avec une autre agence.

Véritable agence numérique, FullSIX est aujourd’hui reconnu en tant que groupe de communication de nouvelle génération, regroupant plus de 1 000 collaborateurs dans 17 agences sur 3 continents.

Expert reconnu du marketing et de la communication digitale, Marco Tinelli travaille également pour le compte de grands annonceurs français et internationaux.

A l’occasion de la sortie de son livre « Le Marketing synchronisé – Changer radicalement pour s’adapter au consommateur de l’ère numérique », je vous propose d’en savoir davantage sur ce livre à travers une interview de son auteur, Marco Tinelli et de gagner un exemplaire de cet ouvrage.

EB : Bonjour Marco. Qu’est-ce qui vous a amené à écrire cet ouvrage sur le marketing synchronisé ?

MT : Cela faisait plus de dix ans que l’on me demandait d’écrire un livre sur ce sujet. Et paradoxalement je l’écris au moment où le marketing digital n’existe plus. Nous sommes entrés dans une époque où le marketing dans son ensemble a profondément changé, parce que les consommateurs, la société ont changé. Le « marketing dit digital » est devenu le « marketing », tout court.

J’ai souhaité partager les formidables opportunités que cela entraîne pour l’économie et les entreprises.

EB : Quelle est pour vous la définition du terme « marketing synchronisé » ?

MT : Les termes qui le définissent le mieux sont la pertinence, la simplicité et le ROI. Plus de pertinence et moins de fréquence. Plus d’agilité et de performance.

 Nous sommes aujourd’hui capables (technologiquement) d’apporter des solutions de communications intelligentes, ciblées, évolutives et rentables aux entreprises.

Aujourd’hui nous ne sommes plus obligés de répéter un message au plus grand nombre comme nous le faisions avant. Nous pouvons élaborer des communications adaptées, optimiser nos budgets, cibler les bonnes personnes au bon moment avec le bon contenu. Délivrer un message simple et clair, leur apporter une expérience qui a vraiment du sens par rapport à leur besoin du moment. La pertinence entraîne la performance.

EB : Quelles sont les principales caractéristiques qui distinguent le  « consommateur de l’ère numérique » des autres consommateurs ?

MT : Comme il n’y a pas  un  « marketing digital » d’un côté et un « marketing » de l’autre, il n’y a pas de   « consommateur de l’ère numérique ».

Ce sont des consommateurs, dont le comportement a évolué très rapidement ces derniers temps. Nous sommes tous aujourd’hui émetteurs, récepteurs, connecteurs d’information et de contenu. Nous pouvons, tous, en tant que consommateurs, clients, analyser la réalité d’une marque, avoir son avis et surtout le diffuser. Et nos décisions d’achat se font maintenant principalement en ligne.

EB : Lorsque vous évoquez les « canaux d’interaction agiles et intelligents », à quels canaux en particulier pensez-vous ?

MT : Les canaux qui sont dits «  intelligents et agiles »  sont ceux qui sont pilotés par le digital. Aujourd’hui ce sont le web, le search, le mobile, l’email et les réseaux sociaux. Et demain ce seront, la TV, la voiture…

EB : Concrètement, comment une marque ou une entreprise peut-elle s’adapter à ce consommateur de l’ère digitale ?

MT : L’enjeu n’est plus technologique car la technologie existe déjà. C’est en réalité un enjeu de vision et de courage managérial, de prise de conscience des opportunités et de l’urgence du changement radical. Ces mutations requièrent non seulement une nouvelle approche stratégique au marketing et à la communication, mais des talents hybrides, intégrant stratégie, création, technologie et analyse de données. Et les talents qui ont supprimé les silos dans leur tête sont encore trop rares, tant chez les annonceurs qu’en agence.

EB : Quels conseils donneriez-vous à une marque ou une entreprise afin de saisir cette opportunité qui doit lui permettre de nouer une relation pertinente avec les consommateurs ?

MT : Prenez rendez-vous avec nous ! Et n’ayez plus peur de changer car les solutions existent. Des solutions simples, beaucoup plus simples et faciles à mettre en place que vous ne le pensez.

Les marques doivent maintenant être dans le  « faire » et pas uniquement dans le « dire » !

EB : Avez-vous des exemples de marques ou entreprises qui, selon vous, savent aujourd’hui tirer profit de ce marketing synchronisé ?

MT : Oui. Pour la France, les Galeries Lafayette, La Poste Mobile, Samsonite, Direct Assurance. Et il existe de nombreux exemples internationaux également, Starbucks par exemple.

EB : Selon vous, quelles sont les raisons majeures expliquant le fait que beaucoup d’entreprises ne prennent pas en compte les évolutions technologiques dans leurs relations avec les consommateurs ?

MT : Les entreprises sont prises entre deux systèmes.

D’un côté, l’Industrie de la communication, leur « conseil » en communication, qui fonctionne avec des règles qui fonctionnaient autrefois et qui aujourd’hui sont obsolètes, et d’un autre côté, les consommateurs qui n’ont pas attendu les entreprises ou l’industrie de la communication pour évoluer, accepter toutes les opportunités qu’offrent « les nouvelles technologies ».

Il est difficile de travailler dans un monde nouveau avec des règles d’un autre temps.

Agir comme cela complique les situations. Arrêtons de nous poser des questions et agissons, adaptons-nous aux nouvelles règles du jeu que les consommateurs ont fixées.

EB : L’un des chapitres de ce livre est consacré aux conséquences pour l’écosystème publicitaire du futur. En tant qu’expert, quelle est la conséquence la plus flagrante à laquelle devra faire face l’industrie de la publicité ?

MT : Comme nous venons de le voir, cette industrie est maintenant dans une situation compliquée. Elle utilise des règles de jeux d’un monde ancien où le canal presque unique de communication était la télévision. Cette industrie s’est construite pendant 50 ans autour de la conception et de la diffusion d’un trente secondes, et sa déclinaison sur d’autres supports.

Or les audiences se sont déplacées en masse vers les nouveaux médias.

Nous n’avons plus le temps d’un changement progressif. C’est une rupture de modèle qui peut sauver cette industrie. Une rupture qui implique de prendre en compte, de connaître, de comprendre les règles de jeu de l’ère digitale pour les appliquer dans le secteur de la communication.

EB : Pensez-vous que les innovations technologiques qui apparaitront dans les années à venir auront autant d’impact pour les entreprises dans leurs relations avec le consommateur ?

MT : Comme nous l’avons vu, les medias et la communication sont devenus irrémédiablement digitaux et agiles. Et c’est le consommateur qui l’a choisi.

De nouveaux canaux vont-ils apparaître ? Certainement et ils seront encore plus riches en données, agiles et avec du contenu et des services pertinents.

De nouveaux objets connectés à internet ? Oui et cela apportera des opportunités supplémentaires de capture de données et donc de service. Imaginez les voitures connectées, les réfrigérateurs connectés…

Les fondamentaux de la révolution sont là. Nous sommes maintenant dans l’amplification et la contamination du modèle digital existant. Et la solution pour les entreprises pour être au niveau de l’évolution du comportement de leurs consommateurs sont le sens et la synchronisation.

EB : « Consom’acteur » : qu’est-ce que ce terme évoque-t-il pour vous ?

MT : Deux idées…

Tout d’abord nous avons vu précédemment que nous sommes aujourd’hui tous connectés…et que nous sommes passés de récepteurs passifs à acteurs individuels avec Google puis à « influenceurs » avec Facebook et les autres réseaux sociaux.

Et de plus, ce sont eux, les consommateurs, qui sont moteurs dans l’évolution des marques. Les entreprises ont aujourd’hui 7 ans de retard sur les consommateurs…

EB : Merci Marco pour cette interview.

Le livre de Marco Tinelli permet de comprendre les changements apportés par les nouvelles technologies de communication numérique et propose quelques pistes de réflexion afin que les marques tirent profit du fort potentiel que représente l’ère digitale. En bonus, cet ouvrage inclut un QR code dans chacun des huit chapitres pour accéder à des documents et vidéos complémentaires.

Complet, facile à aborder et à comprendre, parfois provoquant, mais aussi convaincant, le livre « Marketing Synchronisé » apporte un regard neuf sur l’industrie de la communication, chasse les idées reçues et Marco Tinelli nous invite à « nouer un nouveau type de relation avec les consommateurs, fondé sur le respect et la pertinence plutôt que sur l’impact et la répétition ».

Cette interview a éveillé votre curiosité ? Vous souhaitez lire ce livre en intégralité ? Pour gagner l’un des 3 exemplaires généreusement offerts par son auteur, écrivez un commentaire en dessous de cet article ! Vous avez jusqu’au vendredi 16 mars 20h00. Un tirage au sort désignera les 3 heureux gagnants qui seront contactés par email.

 


[1] « Le Marketing synchronisé – Changer radicalement pour s’adapter au consommateur de l’ère numérique », éditions Eyrolles, 12 janvier 2012