L’un des plus flamboyants patrons des « années-fric », Loïk Le Floch-Prigent, sous le coup d’un mandat international lancé contre lui par le Togo en juin 2011, a été arrêté samedi dernier en Côte-d’Ivoire et remis après audition aux autorités togolaises.

Celles-ci souhaitent qu’il s’explique sur les détails d’une affaire d’escroquerie internationale d’un montant estimé à 48 millions de dollars (environ 36,5 millions d’euros) opposant un homme d’affaires togolais à un homme d’affaires émirati, et pour laquelle M. Le Floch-Prigent aurait servi d’intermédiaire.

Son avocat français, Me Klugman, soutient que son client n’a rien à voir dans cette affaire éminemment politisée au Togo et souhaite qu’il puisse rapidement rentrer en France, pour y subir une intervention médicale importante prévue de longue date à Paris la semaine prochaine. « Nous pensons que la seule issue de ce dossier, c’est que M. Le Floch-Prigent puisse rentrer (en France) aussi vite que possible pour être soigné et qu’il puisse s’expliquer en France et ainsi bénéficier de toutes les garanties judiciaires et sanitaires » a confié l’avocat.

Roland Dumas

L’ancien président du groupe Elf (de 1989 à 1993), après avoir purgé en France les condamnations pour diverses malversations financières et abus de biens sociaux dont il avait écopé suite à ses démêlés judiciaires dans l‘Affaire Dumas puis l’Affaire Elf, s’était depuis reconverti comme consultant dans le pétrole, essentiellement en Afrique. L’homme d’affaires, âgé de 69 ans, semble donc aujourd’hui à nouveau rattrapé par son passé de financier trouble aux méthodes douteuses. Loïk Le-Floch Prigent vient également de publier un roman policier, rédigé en prison, dont l’action se déroule en Bretagne (ouest de la France), sa région d’origine.