40 femmesFleur Pellerin, à la tête du Ministère de l’Economie Numérique représente un exemple, une inspiration pour les femmes qui souhaitent accéder à des postes à responsabilités, Marissa Meyer, PDG de Yahoo! et première femme ingénieure chez Google démontrent chaque jour que la gestion d’entreprise n’a rien à voir avec le genre. C’est dans cet esprit que l’institut Choiseul, centre de recherche indépendant dédié à l’analyse des questions stratégiques et de la gouvernance économique mondiale et dont la vocation est de favoriser la performance, le rayonnement et l’influence de la France et de ses principaux acteurs sur la scène internationale, vient de publier en partenariat avec Terrafemina, les 40 femmes de moins de 40 ans futurs leaders de l’économie française. A l’occasion de la journée internationale de la femme, le 8 mars dernier, et face aux débats sur la parité, cette mise en lumière vise à rappeler que le genre ne définit pas la réussite professionnelle et que bon nombre d’entre elles sont les leaders d’aujourd’hui et demain. Âgées de 29 à 40ans, ces femmes d’exception occupent toutes des postes à hautes responsabilités et affichent des parcours universitaires exemplaires : Sciences Po, Essec, ENA, les mines pour la France mais également des ‘ivy leagues’ américaines telles que Columbia, Princeton ou Harvard.

Parmi ces femmes, une seule entrepreneuse se démarque, Fany Péchiodat, PDG et fondatrice de MyLittleParis qui à la 33e place de ce classement représente les « femmes du digital » avec bon nombre de ses consœurs représentées fièrement lors de la 2e édition de La journée de la Femme digitale qui s’est tenue le 7 mars dernier au Palais Brongniart. Organisé par Catherine Barba et Delphine Rémy-Boutang, cet événement aspire a mettre en avant les entrepreneuses du paysage français et international (des éditions à Londres et San Francisco se sont tenues simultanément). Cette édition sur le thème du changement visait à mettre en avant les talents français qui dessinent le paysage digital actuel. Ainsi, les organisatrices ont souhaité « célébrer des initiatives remarquables de femmes, créatrices d’entreprises ou dirigeantes qui font bouger les lignes au sein de leurs organisations pour réussir le virage digital ». Constat fort de Gilles Babinet lors de son discours d’ouverture : le niveau de rémunération entre hommes et femmes dans le secteur du numérique est le même et la motivation tout aussi égale.

Des initiatives au but commun de rappeler aux plus jeunes que leurs rêves professionnels n’ont pas de limites et encore moins celui du genre, et que la parité même si elle n’est pas acquise à tous les niveaux est une réalité professionnelle de plus en plus concrète. Rappelons que le Choiseul 100 des leaders économiques de demain de 2013 comptait 32 femmes pour 68 hommes contre 33 femmes en 2014). Ces femmes aux parcours remarques, ces leaders de notre pays ne sont qu’un petit échantillon parmi les talents que couve le monde aujourd’hui et tend à se développer de plus en plus.