L’écossais Pete Cashmore, fondateur du blog Mashable, vient d’engager un nouvel éditeur en chef. Portrait de l’ancien du New York Times Jim Roberts, l’homme qui permettra au site de diversifier ses contenus et d’explorer de nouvelles techniques rédactionnelles.

Choix surprenant ou nouvelle orientation assumée?

La nouvelle est parue le 30 octobre dernier sur Mashable par la voix de l’intéressé lui-même. Le choix en a surpris plus d’un: cet homme sérieux, vétéran de l’information, pour un site plutôt léger et divertissant?

Ce recrutement participe en fait d’un regain d’attention, commun à toute la blogosphère, pour les contenus. Mashable souhaite travailler plus en profondeur les sujets traités ainsi qu’en élargir la gamme. Même approche chez BuzzFeed, qui a récemment débauché Ben Smith de Politico, ou encore au Huffington Post, avec le recrutement de Tom O’Brien du New York Times. Cette tendance n’est donc pas isolée et s’accompagne naturellement d’un intérêt pour des profils journalistiques comme celui de M. Roberts.

Un vétéran du journalisme

Journaliste chevronné très actif sur Twitter (@nycjim), Jim Roberts a effectué la plus grande partie de sa carrière au New York Times où il supervisait les contenus numériques, faisant la part belle aux réseaux sociaux et à la vidéo, à l’appui des techniques traditionnelles.

En janvier 2013, il quitte le journal après 26 ans de bons et loyaux services et prend des fonctions de directeur exécutif chez Reuters. Le projet s’effondrera vite à cause du manque de financement et de direction claire. Roberts quitte Reuters en septembre 2013. C’est le mois suivant qu’il annonce son arrivée chez Mashable…

Conquis par l’équipe de Mashable

Si certains s’étonnent du choix de Cashmore, d’autres à l’inverse questionnent l’intérêt de Roberts pour Mashable. Ce dernier leur répond avoir été impressionné par l’intelligence du CEO et de son équipe. Dans sa lettre ouverte, il dit vouloir aider le site à réaliser tout son potentiel en explorant de nouveaux sujets, de nouvelles techniques de narration ainsi qu’une plus grande interaction avec son lectorat. Il admet que sa présence orientera vraisemblablement le site vers des sujets plus profonds d’investigation, mais il cherche également à exploiter la spécificité de Mashable, qui en fait le succès.

Rappelons que le site, à l’intersection de la technologie, des réseaux sociaux, du divertissement, de l’innovation, de la culture et du business, a été fondé en 2005 par un Pete Cashmore alors âgé de 19 ans. Avec 20 millions de visiteurs uniques par mois et une moyenne de 6 articles retweetés par minute, il est aujourd’hui impossible de passer outre ce mastodonte du paysage numérique.