Initiateur du livre « Réussir avec les réseaux sociaux », Jean-François Ruiz est passionné d’informatique et d’Internet et s’initie aux réseaux sociaux depuis 2003. Reconnu en tant qu’expert influent dans ce domaine, il intervient régulièrement dans les médias, anime le blog Webdeux.info et occupe le poste de Directeur associé de PowerOn, agence web marketing spécialisée dans les médias sociaux.

L’ouvrage « Réussir avec les réseaux sociaux », véritable processus d’écriture collaboratif, réunit à lui seul les avis d’une quinzaine de personnes expertes et passionnées des réseaux sociaux. Une merveilleuse aventure très enrichissante pour chacun des contributeurs qui ont pu ensemble exposer leurs connaissances, confronter leurs idées afin de réaliser le meilleur livre possible sur ce sujet.

Afin d’en savoir davantage sur ce livre et son auteur, je vous propose de découvrir l’interview réalisée auprès de Jean-François Ruiz, entrepreneur dans l’âme et pionnier dans le domaine des réseaux sociaux :

EB : Bonjour Jean-François. Selon vous, quelles sont les bonnes questions à se poser afin d’identifier le(s) réseau(x) efficace(s) et pertinent(s) par rapport à ses objectifs et ses besoins ?

JF.R : Les besoins sur les réseaux sociaux peuvent être très différents. Aussi, je vais répondre à cette première question dans le cadre d’objectifs de développement marketing et commerciaux.

- Quelle est ma cible de clientèle BtoB, BtoC ?

- Est-ce que mes clients potentiels sont présents sur le réseau que je suis en train d’évaluer ?

- Existe-il des groupes professionnels regroupant les entreprises de mon activité ?

EB : Au vu du nombre grandissant de réseaux sociaux, pourriez-vous nous donner quelques précautions avant d’intégrer un réseau ?

JF.R : Jaugez sa pertinence avec votre cible, n’exportez pas votre agenda sans l’avoir segmenté par classe d’intérêt, au risque de leur faire des demandes d’inscriptions inappropriées. Si le réseau vous semble adéquat, contrôlez les contenus édités en pertinence avec les attentes de vos contacts.

EB : Que répondriez-vous à un professionnel en entendant son opinion ci-après : « Afin d’optimiser la visibilité et la rentabilité de mon entreprise sur le web, je fais en sorte que ma société soit présente sur un maximum de réseaux sociaux » ?

JF.R : Ce professionnel perd un temps précieux, l’idée n’est pas d’arroser tous les réseaux de sa présence, l’idée est de trouver les espaces de visibilité en correspondance avec l’activité de l’entreprise, et de construire une notoriété grâce à des interventions fiables et pertinentes.

Visibilité et rentabilité sont deux choses bien différentes. Ce n’est pas parce que vous êtes plus visible que vous ferez plus de bénéfices. La visibilité à tout va avec des contenus non pertinents peuvent être contre productifs. Un client achète parce qu’il a confiance en vous et pas parce qu’il vous voit régulièrement passer devant sa porte. Si vos clients, prescripteurs ou partenaires ne sont pas présents sur un réseau, à quoi bon vous efforcer d’y développer votre présence ?

EB : Selon vous, quels sont les principaux préjugés des professionnels sur les réseaux sociaux ?

JF.R : Beaucoup de professionnels croient qu’il suffit de poster un tweet ou une application Facebook pour créer un buzz autour de sa marque. Or, une stratégie de communication digitale se pense à long terme et la charge de travail humaine n’est pas négligeable. Le buzz ce n’est pas gratuit. De plus, le buzz échappe souvent aux créateurs, la viralité d’un contenu “institutionnel” n’est pas si fréquente que ça.

Un préjugé que j’entends très souvent est : “Facebook ? Le truc pour partager ses photos privées de vacances/soirées avec ses amis ?”. La majeure partie des usagers pensent que Facebook c’est pour le divertissement privé et les produits de grande consommation. Ils projettent leurs usages personnels pensant que tout le monde l’utilise ainsi. Or, Facebook est une mine d’or pour tous les professionnels qui savent efficacement cibler leurs audiences, car vous savez quoi ? Il y a de très fortes chances que vos prospects, partenaires, clients, soient dessus ! Il y a tout de même 22 millions d’inscrits en France et plus de 800 millions de par le monde !

EB : De plus en plus d’internautes soignent leur e-reputation. Pouvez-vous nous expliquer votre technique pour développer rapidement et efficacement son « personal branding » ?

JF.R : Rapidement oui, mais encore une fois, c’est sur le long terme que ça se travaille.

Tout d’abord, commencez par une veille sur votre nom et sur les centres d’intérêts sur lesquels vous souhaitez vous positionner. Vous serez en mesure de repérer les endroits où l’on parle de vous.

Ensuite, je pense qu’une des clés d’une bonne démarche de valorisation de sa réputation personnelle est de savoir se rendre utile auprès de son écosystème. Se rendre utile peut prendre plusieurs formes et la plus fréquente sera sûrement de créer du contenu à valeur ajoutée (article sur un blog, livre blanc, statut sur les réseaux sociaux). Écoutez les conversations en ligne (les productions de vos confrères) et tentez d’apporter ce qu’il manque à l’écosystème, soyez cette pièce manquante qui complétera le panorama. Si vous êtes dans une communauté naissante, vous pouvez alors prendre une bonne place en créant des contenus de la meilleure qualité qui soit. Si vous souhaitez entrer dans une communauté déjà bien dense, le meilleur contenu ne suffira sûrement pas. Un moyen d’accélérer la reconnaissance de la communauté en place est de vous rendre utile auprès des “influents” déjà bien établis. L’influence est contagieuse ;)

EB : Quel est le piège le plus fréquent à éviter lorsque  l’on construit sa stratégie sur les réseaux sociaux ? Et lorsque l’on communique et échange sur les réseaux sociaux ?

JF.R : Penser qu’il suffit de se créer une page Facebook et un compte Twitter et que “ça y est, c’est fait”. Rentabiliser le temps et les moyens investis dans les médias sociaux n’est pas chose facile, aussi apprenez à discerner les priorités de vos actions en fonction de vos objectifs : visibilité, notoriété, trafic, génération de leads…

EB : Selon vous, y a-t-il des écarts importants dans sa stratégie à mettre en œuvre lorsqu’il s’agit de développer sa e-reputation ou de booster son business et quels sont-ils ?

JF.R : A mon sens, on développe son business, mais pas sa e-réputation. Les stratégies pour développer son business en ligne sont basées sur l’acquisition de trafic, la conversion des visiteurs et la fidélisation des clients. L’e-réputation prend forme par les évaluations que font les internautes de soi et de ses produits et services. On ne peut donc pas vraiment la développer mais plutôt la surveiller et tenter de l’améliorer. Pour cela, il faut tenter de toujours produire un service, un contenu, un produit d’une qualité extraordinaire pour que celui-ci soit remarqué et apprécié.

EB : Une partie de votre livre est consacré à l’animation et au développement de son réseau social. Pouvez-vous nous indiquer quels types d’échanges il est important de privilégier avec ses communautés en ligne ?

JF.R : Pensez toujours : Quelle valeur puis-je apporter à mes relations ? La valeur peut prendre plusieurs formes : un contenu, un service, une réponse à une question, une recommandation, un conseil … Ecoutez vos communautés, anticipez leurs besoins, répondez à leurs attentes, mettez en avant les autres membres et vous aurez les clés d’une croissance saine de votre communauté.

EB : L’une des ambitions de votre livre consiste à nous aider à devenir un « bon réseauteur ». Quelle est la philosophie à adopter pour y parvenir ?

JF.R : Partager, donner, transmettre son savoir… Comme en amitié, le bon réseauteur doit donner à l’inconditionnel, sans attendre en retour. Une des qualités du bon réseauteur est également de savoir s’entourer des bonnes personnes pour s’insérer dans une dynamique de groupe constructive et enrichissante à tout point de vue.

EB : A la fin de votre ouvrage, vous évoquez l’avenir des réseaux sociaux en mentionnant notamment les réseaux géolocalisés ainsi que le social shopping. Croyez-vous à l’avenir de ces réseaux ? Pourquoi ?

JF.R : Le marché du mobile se développe à une allure fulgurante, même les anciennes générations passent aux smartphones, les réseaux géocalisés d’aujourd’hui sont les prémices de nouvelles activités marchandes de demain. Les visites virtuelles et la réalité augmentée fournissent un contexte de travail très prometteur pour le e-tourisme (entre autre). Demain, il nous semblera anormal que les recommandations de nos objets communicants ne soient pas personnalisés en fonction de l’endroit où l’on se trouve.

Et quoi de mieux pour vendre, qu’un avis ou commentaire de la part d’un client satisfait. La recommandation des produits et des services par ses pairs, via les réseaux sociaux est un véritable booster de vente. Google l’a déjà intégré dans ses résultats de recherche, de plus en plus sociaux, qui vous montrent ce que vos amis ont aimé. Demain, vous saurez facilement ce qu’ils ont acheté, aimé ou pas, et cela influencera certainement votre comportement d’achat.

EB : Selon vous, à quelles grandes évolutions peut-on s’attendre de la part des réseaux sociaux, professionnels ou non, pour les deux prochaines années ?

JF.R : Je pense qu’on verra de plus en plus de Réseaux Sociaux d’Entreprise (auxquels on consacre un chapitre entier dans le livre). Leur déploiement se fera avec l’avènement de l’Entreprise 2.0 ou “entreprise en réseau”, plus collaborative, plus réactive, plus mobile et plus “intelligente”.

Pour les réseaux ouverts, je pense qu’on verra de plus en plus d’usages autour de la vidéo, un perfectionnement des outils de ciblages et de statistiques pour les clients acheteurs de publicités. Il y a fort à parier qu’il y aura de plus en plus de publicité “in-stream”, c’est à dire à l’intérieur de votre flux d’actualité sociale.

EB : Quels sont vos projets à venir ? Pensez-vous écrire un prochain livre ? Sur quel sujet et sous quelle forme (de manière individuelle ou collective) ?

JF.R : J’ai attrapé le virus du collaboratif depuis une dizaine d’années. J’aime les réalisations collectives, je les trouve plus riches et plus créatives de valeur, pour tous les acteurs impliqués, ainsi que pour l’audience ciblée. Donc cette année, je vais multiplier les livres blancs collaboratifs dans la veine de tendances-crm.com, tendances-cloud.com,  ou encore direct-marketing-experts.com.

EB : Etes-vous plutôt Facebook, Twitter ou Google+ ? Viadeo ou Linkedin ?

JF.R : Un peu tous à la fois mais pour des usages relativement différents. J’avoue privilégier Google+ pour mes relations familiales et amicales, je trouve le réseau mieux sécurisé et la classification par cercle permet une meilleure gestion des contacts. Facebook est un formidable outil de networking et de diffusion de contenus, j’y entretiens une présence professionnelle. J’utilise Twitter pour ma veille et Viadeo et LinkedIn pour trouver des affaires, des partenaires et des collaborateurs.

EB : Pensez-vous que Google+ a des chances de séduire les internautes et les entreprises afin de perdurer face aux autres réseaux sociaux, Facebook notamment ?

JF.R : C’est difficile à définir, ce combat des géants est plein de rebondissements. Ce milieu est très instable, Caramail était leader avant d’avoir failli disparaître. Aujourd’hui rachetée par un groupe allemand, la marque a quasiment disparu des esprits.

Je pense que Google + a d’énormes avantages pour les professionnels, ses outils pour le travail en collaboration en font une plateforme privilégiée pour les professionnels de l’information. Notamment la partie vidéo conférence qui séduira sûrement de nombreuses entreprises de petites tailles, ainsi que les groupes de travail dans les entreprises plus importantes.

Pour les particuliers, c’est plus difficile à dire, pour l’instant Google a fait fort et se développe à une croissance importante, mais Facebook est un adversaire très combatif, très bien implanté comme “réflexe social” et ne va pas se laisser faire !

Pour comprendre et anticiper les futures évolutions de Google+, j’invite les lecteurs à suivre le blog plusfocus.com qui lui est entièrement dédié.

EB : Merci Jean-François d’avoir accepté cette interview pour Business Actor.

Que vous soyez blogueur, consultant, entrepreneur, salarié, étudiant… Ce livre d’une véritable richesse s’adresse à vous tous en exploitant des outils, en les testant et en tentant de trouver des possibilités de développer des activités performantes.

jean-francois-ruiz

Agrémenté de plusieurs points « méthodologie », ce livre de Jean-François Ruiz et du collectif d‘experts de la communication web, permet de mieux comprendre les réseaux sociaux, de s’informer, d’effectuer de la veille, d’accroître sa visibilité et sa notoriété, de déjouer les pièges… afin d’optimiser leurs usages dans une logique d’atteinte de ses objectifs et de mesurer ses résultats.

Présentation des principaux réseaux sociaux professionnels et personnels, démonstration de différentes grandes théories afin de mieux comprendre les enjeux de l’utilisation des réseaux sociaux…, ce livre regorge de bonnes idées, d’informations et d’opportunités à saisir visant à adopter une stratégie gagnante sur les réseaux sociaux ! A lire sans hésitation !