Sébastien Christian, fondateur de l’entreprise Idova et lauréat de l’édition 2013 du concours NETVA nous fait l’honneur d’accorder une interview à Business-Actor.

Florent Hernandez : Sébastien Christian, bonjour, merci d’accorder cet entretien à Business Actor. Pouvez-vous nous présenter votre parcours ?
Sébastien Christian : Je suis intéressé depuis le début de mes études par la perception et les représentations cognitives et linguistiques qui en découlent. Je suis devenu progressivement un expert de cette question à travers un master de physique quantique, puis des études d’orthophonie et une spécialisation en surdité, puis enfin par un master de sciences du langage orienté sémantique et sociolinguistique, le tout en menant toujours parallèlement des activités de recherche et de la pratique de terrain.

Florent Hernandez : Parlez –nous d’Idova, comment s’est bâti le concept ?
Sébastien Christian : En travaillant comme expert sur le champ de l’autonomie des personnes sourdes et malentendantes pour des groupes privés et des administrations, j’ai réalisé à quel point l’offre technologique pour assurer la sécurité et le confort de ces personnes était maigre et obsolète. Avec des partenaires privés, associations et PME, nous avons fondé Idova, qui est une société coopérative d’intérêt collectif, dont l’objet est d’effectuer l’effort de R&D nécessaire pour apporter de nouvelles solutions à ce problème. Dans un premier temps, Idova vend elle-même ses produits le temps que le relais soit pris par des distributeurs-sociétaires, ce qui est bien avancé maintenant. Idova devient progressivement un pôle de R&D partagé par ses sociétaires-distributeurs.

idovaFlorent Hernandez : Pouvez-vous nous dire ce que votre entreprise peut apporter aux consommateurs ?
Sébastien Christian : Avec notre produit Sir, nous apportons aux personnes sourdes, malentendantes, et âgées un important gain de sécurité et d’autonomie en leur donnant un outil efficace pour les avertir en temps réel des événements sonores pertinents pour eux, que ce soit une alarme, des coups à la porte ou la sonnerie du téléphone. Sir représente l’événement et l’interprète par des vibrations et de la lumière. Notre système est adaptatif et apprend progressivement l’environnement sonore de son utilisateur.

Florent Hernandez : A qui s’adresse votre entreprise ?
Sébastien Christian : Les produits d’Idova sont commercialisés par ses distributeurs-sociétaires. Pour Sir, nous allons créer un distributeur spécialisé car nous devons entrer sur ce marché avec une stratégie spécifique et des moyens bien plus considérables que pour nos premiers produits. Cette nouvelle structure qui verra le jour cet automne s’adressera aux utilisateurs finaux de Sir, le but étant que toute personne présentant un trouble auditif puisse aisément utiliser ce système. Elle s’adressera aussi aux entreprises employant des personnes sourdes et malentendantes, pour lesquelles le problème de la sécurité de ces employés n’est que peu résolue à ce jour, pour leur proposer un système Sir optimisé pour les conditions de travail des salariés et selon un modèle économique adapté.

Florent Hernandez : Pensez-vous que le marché américain soit demandeur en ce qui concerne votre secteur ?
Sébastien Christian : Le besoin est là, comme partout ailleurs dans le monde, sans réelle solution aujourd’hui. Pour nous, le marché américain représente une opportunité de montrer l’intérêt de ce produit dans un pays où la résistance à l’innovation est bien inférieure à ce qu’elle est en France.

Florent Hernandez : Où pouvons-nous vous retrouver sur le web ?
Sébastien Christian : En Français : www.idova.fr
En Anglais : à partir du 1er septembre www.idova.net