FASTROAD FondateursFlorent Hernadez : Bonjour Mr Bonnet, et merci d’accorder une interview à Business Actor. Pouvez-vous dans un premier temps vous présenter à nos lecteurs rapidement, votre parcours, votre activité et celle de l’entreprise ?

Manuel Bonnet : Bonjour, je m’appelle Manuel Bonnet et je suis le co-fondateur, avec deux associés, de FASTROAD, la première entreprise adaptée du secteur du transport en France. A ce titre, FASTROAD emploie une quarantaine de personnes, toutes en situation de handicap, leur permettant ainsi d’exercer une activité professionnelle dans des conditions adaptées à leurs besoins. FASTROAD dispose d’une flotte de véhicules avec la double licence voyageurs et marchandises et propose à ses clients une offre de services de transport de personnes et de livraison de plis et de colis.

Florent Hernadez : Quelle a été la genèse du projet FastRoad ?

Manuel Bonnet : Quand nous avons créé la société en 2010, nous disposions à la fois d’une expérience significative dans le secteur du transport, et d’une sensibilisation particulière – pour des raisons tant personnelles que professionnelles – à la problématique du handicap. Sur la base de notre expertise métier et de nos convictions, nous étions persuadés qu’avec FASTROAD, nous pourrions faire rimer « économie sociale et solidaire » et « réussite entrepreneuriale ».
Aujourd’hui, l’engouement des entreprises – et particulièrement de grands comptes tels que Airbus, Air France, Point.P, Société Générale ou encore Total – pour nos services nous donne raison !

Florent Hernadez : En tant qu’entreprise adaptée, vous employez une majorité de personnes en situation de handicap. Cela entraine inévitablement des coûts de fonctionnement supplémentaires. Pouvez-vous nous dire lesquels et comment les gérez-vous afin de rester concurrentiel ?

Manuel Bonnet : L’accès à l’emploi est souvent difficile pour les personnes handicapées. La plupart des candidats que nous rencontrons n’ont pas exercé d’activité professionnelle depuis longtemps, ont peu de diplômes ou des diplômes devenus inexploitables avec leur handicap. Le premier coût que nous prenons en charge est donc celui de la formation au métier spécifique de chauffeur.
Si les handicaps de nos salariés ne nécessitent pas d’adaptation particulière des véhicules, nous avons en revanche créé un poste de gestionnaire des Ressources Humaines dont le rôle est de s’assurer que les plannings sont aménagés selon les handicaps de chacun.
Certes, l’emploi de personnes en situation de handicap – qui plus est quand, comme dans le cas de FASTROAD, elles représentent 100% de la masse salariale – à un coût, qui est non négligeable. Toutefois, la loi prévoit un système de financement des entreprises adaptées, basé sur des aides et des subventions, qui nous permet d’en couvrir une partie et de rester finalement assez concurrentiels.

Florent Hernadez : Les entreprises, au-delà de 20 salariés, sont tenues de respecter certains quotas. Cela est-il un argument de vente pour vous ? L’utilisation de vos services permet-il à vos clients de rentrer dans ces quotas ?

Manuel Bonnet : Effectivement, c’est un de nos arguments de vente, et un argument de poids. Car en faisant appel aux services de FASTROAD, les entreprises économisent de l’argent ! Je m’explique.
Parfois, même pour des entreprises sensibilisées à la question et qui ont mis différentes actions en œuvre pour recruter des personnes en situation de handicap, le quota des 6% est difficile à atteindre. Diverses raisons à cela : incompatibilité (réelle ou supposée) du poste avec un handicap, manque de candidatures ou de candidatures qualifiées, non déclaration du handicap, etc.
Or, à défaut de remplir ce quota, l’entreprise est tenue d’acquitter une contribution auprès de l’Agefiph (association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées). En engageant des actions de sous-traitance avec une entreprise adaptée, elles ont la possibilité de récupérer une partie des sommes ainsi engagées, sous la forme d’une diminution du montant à acquitter au titre de leurs cotisations Agefiph, à concurrence de 50% de celle-ci.

LOGO-fastroad

Florent Hernadez : D’un point de vue « éthique », que pensez-vous de faire du handicap un argument de vente ? Vous est-il arrivé parfois d’avoir des retours ou critiques sur le fait de « faire du handicap un business » ? Même si tout le monde comprend bien aujourd’hui que ce n’est pas le but, ni l’envie de la société, certaines personnes ayant la critique facile pourrait penser cela. Que répondriez vous à ces critiques d’assez bas niveau si cela se produisait ?

Manuel Bonnet : Le développement de FASTROAD, basé sur l’économie sociale et solidaire, ne repose pas sur un business réalisé « sur le dos » des handicapés, mais avec les handicapés. Notre démarche a d’ailleurs toujours reçu le meilleur des accueils dans les entreprises, et pas seulement pour des raisons financières.
Toutes comprennent que si FASTROAD inclut le handicap dans ses arguments de vente, c’est en contrepartie de la réinsertion professionnelle de personnes qui, à cause de leur handicap, ne sont bien souvent plus sur le marché de l’emploi. Elle inclut un emploi stable (tous nos salariés sont embauchés en CDI) et rémunéré au-dessus du SMIC, une formation professionnalisante et des conditions de travail adaptées.

Florent Hernadez : Quelles sont les ambitions de FastRoad pour les 5 prochaines années ?

Manuel Bonnet : Aujourd’hui, FASTROAD est basé à Montreuil (93) et dispose d’agences à Toulouse (31) et à Mulhouse (68). Dans les années à venir, nous envisageons d’étendre notre réseau en région afin de couvrir progressivement toute la France. Nous devrions d’ailleurs bientôt annoncer l’ouverture d’un nouveau bureau dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.
Nous comptons par ailleurs mettre à profit tous les investissements informatiques que nous avons réalisés l’année dernière, et développer de nouveaux services à destinations de nos clients, comme la prise de commande en ligne ou le paiement par carte bancaire.

Florent Hernadez : Monsieur Bonnet, merci pour le temps accordé à cette interview. Où est-ce que nos lecteurs pourraient retrouver des informations sur FastRoad ?

Manuel Bonnet : Vous pouvez nous retrouver sur http://fastroad.fr.