Business-Actor interview aujourd’hui Franck Prime, le créateur de nombreux salons dans le domaine du digital. Il lance prochainement le congrès WEB2BUSINESS.

Florent Hernandez : Bonjour Franck Prime, merci de nous accorder un peu de temps sur Business-Actor. Pour ceux qui ne vous connaissent pas encore, pouvez-vous très brièvement nous rappeler votre parcours, votre activité, vos créations ?
Franck Prime : Bonjour Florent
Je suis entrepreneur depuis 25 ans, je suis passé du développement de la NORME B2 (télétransmission & carte vitale) à REED OIP où j’ai créé le 1er salon du EBUSINESS en France avant l’éclosion puis l’explosion de la bulle internet.
Puis en les quittant j’ai co-créé une centaine de salons avant que les segments ne prennent réellement : E ACHAT, ERH, ECOMMERCE, EMARKETING, OPEN SOURCE etc… De là nous avons lancé le ECOMMERCE PARIS en 2001 puis revendu au groupe COMEXPOSIUM, l’autre leader de événementiel.
Je me suis associé avec ce même COMEXPOSIUM pour créer une vingtaine de nouveaux salons mais aussi, des congrès.

image002

Florent Hernandez : Vous lancez en ce moment le Web2Business, qui se tiendra le 9 Janvier 2014 et regroupant 600 décideurs du digital. Pouvez-vous nous expliquer la différence entre cet événement et des salons « digitaux » plus classiques tels que le Time2Marketing ?
Franck Prime : Le T2M ou TIME2MARKETING est un salon de masse ou le contenu le plus haut est primordial. Il a pris le même penchant de développement que feu mon salon ECOMMERCE. Voire mieux puisque l’on a 300 % de progression annuelle là ou l’autre faisait 150 %. Ce salon vise le public de masse et de qualité sur les segments du MARKETING, du EMARKETING et du WEB3. Les N+1 et N ne viennent jamais sur les salons, pas le temps. Ils y envoient les décideurs sous leur responsabilité tant est-il que le niveau des keynotes soit en phase. C’est pour cela que le T2M est monté aussi vite et qu’il a une si bonne image. Nous ne sommes pas là pour faire du vent et des démos commerciales. En 3 ans et 4 éditions il est déjà leader Européen et le T2M PARIS juin 2014 est parti pour être colossal.

Le WEB2BUSINESS est un congrès ultra sélectif et privé. Donc l’inverse de tous les salons, leaders ou pas. On ne peut pas s’y inscrire ni même mettre la pression pour y entrer (et beaucoup le font sur le net). C’est mon associé, THE INFORMATION MINE, et moi qui sélectionnons le 600 invités individuellement et les approchons directement. Ces 600 invités sont obligatoirement les grands décideurs du digital, DG voire président internationaux. Regardez la liste, jamais une organisation n’a regroupé autant de donneur d’ordre finaux en Europe et même des VP journalistes ou de la TV. J’ai créé, co créé et monté 117 salons, 2 millions de visiteurs professionnels, plus de 70 Me d’euros de CA et donné mon énergie, mon temps et même un arrêt cardiaque pour le digital, j’y connais tout le monde du moins tous les entrepreneurs au rang international. J’ai fait le tour et voulais montrer qu’on pouvait faire le mieux, le plus beau, et le plus sélectif sans les moyens financiers d’un groupe et sans les mêmes visages connus et ce, depuis PARIS. La France regorge de talents du digital et d’entrepreneurs forts, un entrepreneur en France c’est un gladiateur en ce moment !
In fine les grands dirigeants n’ont pas le temps pour les salons, comme je le disais précédemment ni même pour les congrès à l’autre bout de la France. Nous sommes entrepreneurs pour faire du business, pas pour se la jouer au soleil. Si je vais au soleil, j’y emmène ma famille. Nicolas (THE INFORMATION MINE) et moi avons donc créé le davos du digital et c’est, selon toute la presse et tous les dirigeants présents, le cas.

Florent Hernandez : Au niveau de la concurrence, comment vous positionnez vous avec ce nouvel événement ? Qui concurrence-t-il et comment ? Quel est l’avantage concurrentiel du W2B ?
Franck Prime : Nous n’avons aucune concurrence sur ce WEB2BUSINESS car pour monter un événement aussi haut, il faut le respect et la connaissance de tout un écosystème. Une entreprise se créé souvent avec son stylo, sa volonté et son carnet d’adresse. Pas avec de l’argent et des subventions selon moi. Lorsque je créé un événement, je repars toujours de zéro. Cela me permet plus facilement de voir les failles financières, le point mort, le business plan etc… Donc chaque salon est une entreprise pour moi et je n’ai jamais perdu, ce n’est pas dans mes gênes.
Ensuite il n’a aucune concurrence car je préfère le contenu au packaging, toujours. Le packaging ça se modifie, le contenu c’est l’essence de l’entreprise. A ce niveau de contenu, de CSP et d’invités, aucune organisation n’a été créée.

Florent Hernandez : Comment voyez-vous l’avenir sur le secteur de l’événementiel ?
Franck Prime : On m’a déjà posé cette question maintes fois vu que cela fait 15 ans que je monte des salons et à chaque fois depuis zéro, et j’ai répondu « le marché de événementiel est en pleine mutation ». Il n’existe pas de forts et de faibles et c’est tant mieux. J’ai concurrencé puis gagné face à des salons leaders alors que j’avais 12 puis 20 puis 100 puis 200 clients simplement par ma volonté et mon travail. J’en ai créé tout autant, de zéro. Le cycle des salons est un éternel recommencement ou vous vous battez, vous développez puis vous voyez la déclinaison voire la déchéance de l’intérieur (si vous n’avez pas eu les capacités à partir avant) ou de l’extérieur. Quel leader peut dire qu’il le sera à vie ? C’est tant mieux, non ?

Ensuite, il est une donnée définitive : la qualité attire la qualité. Donc je fais du contenu depuis 15 ans et mes salons sont compris comme tels. Le T2M et le WEB2B sont les plus forts contenus ou plus hautes CSP, il suffit de regarder les web.

image001

Florent Hernandez : Quelles anticipations faites-vous sur ce marché ?
Franck Prime : J’ai co créé ECOMMERCE alors que la bulle internet explosait et que la presse disait que cela ne marcherait jamais. Puis le TIME2MARKETING sur le WEB3 il y a … 3 ans alors que certains beaux parleurs (qui changent d’avis maintenant) exprimaient leur incapacité à comprendre. J’ai aussi créé le DEVPRO sur la formation professionnelle lorsque tous les salons parlent uniquement de RH. Mon job consiste à lire les marchés, vivre avec, m’intéresser à tous les segments et tous ces entrepreneurs et c’est donc automatiquement que les idées de créations viennent. Parallèlement je viens du segment événementiel, j’utilise donc la même logique et analyse simplement le devenir des salons de masse pour en avoir créé de tous types. Ceci cumulé avec le factuel déclinant de toute création, il est de plus en plus clair que les salons B2B de masse auront moins d’avenir que les congrès privatifs ultra qualifiés. Ensuite, il appartient à chacun d’avoir une âme de créatif ou de copier bêtement.

Merci pour cette interview