Business-Actor vous propose de découvrir l’interview de Franck Prime, fondateur du salon Time2Marketing qui aura lieu les 17 et 18 juin 2014 à la cité de la Mode et du Design à Paris.

Florent Hernandez : Bonjour Franck, merci de revenir sur Business Actor nous parler du salon Time2Marketing. Pour commencer, pouvez nous restituer ce salon sur son marché pour les personnes qui ne le connaisse pas encore, si toutefois il y en existe ? 
Franck Prime : Bonjour florent
Je pense que tout le monde sait depuis une 12 d’années que j’ai co-créé ECOMMERCE PARIS et EMARKETING PARIS et les ai cédé en 2011 pour diverses raisons.

L’évolution d’un produit (ici un salon) est intrinsèque au marché sur lequel il est positionné. Il est clair que nous ne sommes plus du tout dans l’apprentissage sur le « qui-que-quoi » du web et du digital. N’importe qui peut se constituer un site et du ref en quelques heures et pour quasi rien.

J’ai donc positionné le T2M sur le WEB3 il y a 3 ans, tout comme j’avais positionné ECOMMERCE alors que nous en étions à la fin du minitel. Le T2M est donc avant-gardiste et ne présente, depuis toujours, que les outils et systèmes les plus en devenir ou puissants du digital et du e-marketing. Pas le truc lambda qu’on voit sur les salons de masse.

Le T2M n’est donc surtout pas un salon de masse ni générique mais un produit qualitatif de contenu pour les visiteurs initiés qui veulent évoluer sur leur marché & faire face à leur concurrence.

Je ne joue pas à celui qui a le plus de stand ou de visiteur, ce genre de connerie ne sert que ceux qui y croient. Ce positionnement hyper qualitatif nous apporte donc les décideurs finaux qui ne viennent pas sur les salons génériques.

Florent Hernandez : L’édition 2013 a été une réussite, malgré une grève impressionnante le second jour. Que prévoyez vous en termes de fréquentation pour cette édition 2014 ? 
Franck Prime : En 2013, nous avions eu 3200 visiteurs en J1 et un mercredi alors que c’est le jour le moins rempli pour les salons

En J2  (donc le jour le plus prisé pour les salons) nous avons eu le bonheur social de se payer une grève nationale des transports qui a plombé tous les salons, tout le monde, tous les lieux. Lorsqu’on s’investi en temps et en argent sur un tel produit et qu’on vous détruit en pleine fulgurance, ce n’est pas le plus simple à vivre pour les salariés et les clients. Je pense que tout entrepreneur comprendra le volontariat auquel j’ai du faire face. Donc ce J2 ne compte pas dans les statistiques car si l’on part des calculs du J1, nous aurions du avoir plus de 5000 professionnels le jeudi.

En 2014, au 17 avril, nous avons 110 fois plus d’inscrits qu’a la même période en 2013. Cela vous donne idée de la progression énorme de ce salon & de son leadership sur le segment qualitatif, ce que je n’ai vu qu’une seule fois dans mes 117 salons… avec ecommerce paris en 2007.

Florent Hernandez : Cette croissance est assez impressionnante, quelles sont les statistiques de croissance habituelles pour des salons de ce type ? Comment expliquez vous que vous soyez au dessus ? 
Franck Prime : Le milieu des salons est pétris de milliers de lignes de calculs et de métriques qui nous permettent d’anticiper les facteurs temps, visitorats et csp. En 15 ans j’ai imaginé, inventé, créé, développé 117 organisations sur 22 sujets différents dont la grosse majorité de tous les events (salons et congrès) sur le digital qui existent encore.

Un salon B2B a une ligne de développement qui passe de la création a l’addiction (ou pas) en 3 a 5 ans. Pendant ce temps il faut travailler le qualitatif et le contenu pour percer face à des salons qui eux sont déjà installés. Investir et s’investir en temps et argent, aussi s’en prendre plein la tête par les quelques qui critiquent mais n’entreprennent jamais, classique. Bref, comme une société à ces débuts.
Puis la phase de croissance brute arrive entre la 3° et la 5° année jusqu’à la 9° en moyenne. A ce stade il faut se maintenir sur son marché car le leadership est une autre phase tout aussi violente faite de pourritures qui tentes de vous soudoyer ou de vous détruire.
Puis la phase de dépression et de dédain du visitorat comme un chanteur qui sort les mêmes disques serait relégué au rang de has been. A ce stade, le visitorat ne désemplit pas, comme ce même chanteur qui sortirait les mêmes disques mais dont que les fans continueraient à acheter, juste pour l’objet ou l’acte.

Le T2M a anticipé de 3 ans le marché du emarketing, c’est le seul salon a l’avoir osé. Il a donc vécu cette phase de 3 ans puis monté d’un coup. S’il sait se renouveler il ira au-delà des 9 ans, s’il ne le sait pas ce sera dommage pour lui et bien pour celui que je créerais par la suite. That’s life.
Le T2M n’est donc pas au-dessus de mes autres ex-salons, il est juste dans cette phase n°2 de croissance fulgurante liée à l’addiction du visitorat qualifié que je voulais initialement toucher et qui ne vient pas sur les salons de masse.

Florent Hernandez : Le Time2Marketing n’est pas ce qu’on pourrait appeler un « salon de masse », les visiteurs et exposants y sont très qualifiés. Comment êtes vous parvenu à imposer cela ? 
Franck Prime : Faire de la masse, du vent, de l’image, c’est facile mais… je ne suis pas organisateur de salon puisque je fais partie du minuscule milieu très respecté par les salonniers, de ceux qui les créé depuis 0. Je suis entrepreneur, pas locataire d’un event que l’on m’a imposé, si tant est-il que l’on puisse m’imposer quoi que ce soit. Je passe ma vie à prendre des risques financiers ou bâtir des produits depuis rien et sans filet.

En ce sens, je n’ai pas les moyens de payer des montagnes de com’ pour attirer par la pub, le ref, les adwords etc… Pas les moyens mais aussi car je n’y crois pas. Je pense qu’il faut aller vers le qualitatif pur et le visitorat ultra qualifié car l’évènementiel va se prendre une claque très violente en anticipant pas cette mutation nécessaire, cette révolution a débuté il y a 1 an avec la mort du salon de l’auto de lyon et celle de nombreux events et organisateurs.

J’ai initié cette prise de risque en créant le WEB2BUSINESS qui a regroupé 600 des plus hauts dirigeants des marques et du digital sur PARIS en janvier 2014, du jamais vu au rang européen et le succès fut immédiat.   Je ne fais donc que confirmer le positionnement de ONE PLACE sur le qualitatif et le contenu pur dans l’objet de générer de l’info structurante pour nos visiteurs et du lead pour nos clients. Et ceci est matérialisé très fortement par le T2M2014.

Florent Hernandez : Enfin, si vous deviez donner 3 raisons de participer au salon ? 
Franck Prime : -Pour les visiteurs : car les responsables des 22 workshops structurés de 6 intervenants chacun vous constituent un programme hautement addictif avec TWITTER, le groupe ACCOR, L’OCCITANE, DEEZER, LINKEDIN, LITCHI, PRICEMINISTER, MONOPRIX, MAC DONALD, ESTEE LAUDER, RELAIS ET CHATEAUX et 120autres, sans oublier le nouveau bureau de l’IAB partenaire de T2M2014

-Pour les exposants : car je me fout d’avoir 15 000 visiteurs lambda mais que nous aurons 7 a 8000 visiteurs ultra qualifiés qui voudront investir pour se développer. Tout marketing manager qui prise le qualitatif et le lead devrait comprendre ceci, tous ceux qui prisent l’image et la masse ne m’intéressent pas

-Pour les orateurs : car matcher sa conférence avec les DG de DEEZER, PIERRE ET VACANCES ou TWITTER les propulsera sur orbite loin devant leurs concurrents.

Voila donc 3 raisons incontournables de participer au T2M2014