Florent Hernandez : Bonjour David, pouvez-vous commencer par vous présenter : votre parcours, et ce qui vous a amené là où vous êtes aujourd’hui ? 

David Chevenement : Bonjour, je m’appelle David Chevenement, et j’ai fondé BeesApps en décembre 2011.

Ingénieur en Télécom, je démarre ma carrière comme consultant chez Devoteam et vis à fond la dérèglementation des télécoms, en France et à l’étranger. Je découvre les bases du  « business » avec des clients américains : le client, le client et encore le client, tout cela avec beaucoup de pragmatisme. Diplômé d’une grande école française – Télécom Paris – le choc culturel est salutaire et m’oriente encore plus vers le marketing et la vente.

Je passe ensuite quelques années chez l’opérateur Cegetel où j’apprends le développement de services à l’échelle industrielle, l’analyse économique à une échelle intéressante et la gestion d’un parc client important : en somme du marketing à grande échelle. Je termine là-bas par une expérience à la direction de la stratégie avec encore une fois des leçons professionnelles clés pour la suite de mon parcours :

  1. Priorités, Priorités, Priorités. C’est à cette époque que je découvre que même une société qui gère des budgets d’investissement très importants doit choisir ses combats. Tous les stratèges militaires le savaient déjà, mais ça s’applique aussi au business.
  2. La passion. En effet, l’analyse froidement économique des choses ne fait pas tout et il faut pouvoir croire dans son avenir. L’expérience montrera que l’analyse froidement économique a eu tort pour Cegetel : leader en 2002 sur le dégroupage ADSL, on arrête tout car les conditions économiques ne sont pas encore bonnes. Pour reprendre beaucoup plus tard et perdre la bataille.

En 2006, j’entre chez Locatel comme Directeur Marketing du groupe, en charge de la stratégie business du groupe,  du développement de ses produits et de sa communication. Acteur de taille moyenne mais présent à l’international dans plus de 50 pays, les défis sont quotidiens entre une volonté stratégique de croissance, renforcée par un LBO en 2007 et les moyens mis en œuvre pour assurer notre développement. Avec beaucoup d’efforts et de volonté lors de 5 années parmi les plus riches de mon expérience professionnelle, j’en suis le Directeur Marketing, Grands Comptes et Ventes Internationales lorsque je décide de partir.

C’est à peu près à ce moment-là qu’arrive l’iPad et sa révolution. J’y crois immédiatement et je décide alors d’aller voler de mes propres ailes. On est en octobre 2010. J’avance sur le projet, les spécifications du produit, je m’auto-forme grâce aux cours de Stanford sur iTunes U, je développe l’application moi-même (merci la formation d’ingénieur !) et je fonde BeesApps il y a un peu moins d’un an avec 3 associés, en faisant 3 constats :

  • l’arrivée de l’iPad va bouleverser de façon considérable le rapport à l’informatique au quotidien, notamment dans l’intimité que nous développons avec l’écrit : lire ne sera plus jamais pareil, mais écrire non plus. Il suffit d’essayer Paper by 53 pour s’en convaincre et de regarder la cannibalisation du marché du PC par l’iPad.
  • j’ai utilisé l’iPad depuis son lancement pour de la prise de notes et de la gestion de mes priorités, aucune des solutions sur le marché ne couvrait mon besoin de Manager pour me faire gagner concrètement du temps tous les jours. Pour autant, j’ai pour la première fois en main un vrai outil de productivité pour mes réunions professionnelles.
  • enfin, des pans entiers de l’entreprise utilisait de plus en plus l’IT d’une manière critique mais un élément essentiel n’était pas couvert : le management et la gestion des priorités, à la fois du point de vue personnel mais aussi au niveau global de l’entreprise.

Personnellement, je m’occupe aujourd’hui des évolutions de l’application et de son développement commercial.


Florent Hernandez :
Vous avez lancé l’application Beesy, pouvez-vous nous en dire un peu plus ? Quel est le concept ? A qui s’adresse cette application ? 

David Chevenement : Beesy s’adresse aussi bien aux managers qu’aux chefs de projets, aux commerciaux … Plus généralement, nous nous adressons à tous les professionnels qui passent beaucoup de temps en réunion. Beesy est une application de notes pour iPad conçue pour faire gagner du temps pendant et après une réunion ainsi que dans le suivi des tâches issues de ces mêmes réunions.

En effet, pour beaucoup d’entre nous, la prise de notes en réunion est souvent synonyme d’une prise de notes papier sur un carnet, d’un compte rendu envoyé par mail et ensuite d’un suivi peu efficace en cherchant dans ses notes…

Beesy apporte une nouvelle réponse à ce problème en permettant :

  • de prendre des notes très facilement au cours d’une réunion tout en les structurant sous forme de points d’actions ou de commentaires
  • de réorganiser très simplement les notes d’une réunion en fonction de l’ordre du jour (drag & drop)
  • de pouvoir envoyer immédiatement par email le compte-rendu mis en forme automatiquement par Beesy à l’issu de la réunion
  • de pouvoir en permanence suivre l’état d’avancement des points d’actions avec un système de vues par type d’actions, par personne ou par projet – sans ressaisir une deuxième fois l’information. Un réel gain de temps pour la gestion des To-Do puisqu’il n’est plus nécessaire de configurer ses tâches

Beesy est actuellement disponible en 8 langues, ciblant les principaux pays sur l’AppStore : anglais, français, allemand, chinois, japonais, italien, espagnol, et portugais. Nous lançons prochainement le sud-coréen.

L’application est sortie il y a 8 mois maintenant, et nous sommes classés dans le top 20 productivité en France, TOP 30 en Belgique et Suisse et dans le Top 200 productivité aux États-Unis et en Angleterre. De plus, nous affichons un rating de 4 étoiles sur le store français et de 4,5 aux États-Unis, démontrant une réelle satisfaction de nos quelques milliers d’utilisateurs.


Florent Hernandez :
Le marché des tablettes est en pleine expansion, comment voyez-vous son évolution sur les 3 prochaines années ? 

David Chevenement : Difficile d’être visionnaire dans ce monde qui bouge à une vitesse phénoménale, on peut affirmer en tout cas que nous sommes à l’aube d’un bouleversement des usages…

Dans les 3 prochaines années, il se vendra plus de tablettes que de PC sur le marché Grand Public, qui y trouve un intérêt immédiat avec des usages bien spécifiques (navigation sur Internet, facilité de recherche grâce à l’expérience du tactile et une ergonomie jamais égalée, des milliers d’applications). Globalement on pressent une explosion des ventes de tablettes, tous OS confondus, alors que l’on vient d’apprendre une sévère chute des ventes PC au 3e trimestre en Europe (-15% en volume) et en France (-7%), d’autant plus que de nouveaux formats de tablettes voient le jour (Surface, iPad mini) et devraient booster les ventes pour cette fin d’année.

Le marché professionnel tâtonne encore pour offrir une place complète à la tablette mais vu le nombre d’applications business qui sortent chaque jour et du phénomène BYOD (Bing Your Own Device), les entreprises vont devoir s’adapter. En considérant les bouleversements profonds que les tablettes introduisent dans les process métiers des entreprises, ce n’est pas surprenant que cela prenne un peu de temps mais il est clair que les gains de productivité vont être très importants. La vague risque d’être puissante.

Nous pensons donc qu’une page est en train de s’écrire dans le rapport entreprise/tablette, notamment grâce à cette nouvelle expérience tactile, à leur ergonomie, mais aussi à la légèreté et la mobilité de ces équipements.

Un point important ralentit encore la croissance des tablettes en entreprise : la sécurité des données. Les DSI sont encore très circonspects pour mettre en place des flottes à grande échelle mais les solutions comme le MAM (Mobile Application Management) permettant une gestion de flotte à distance et de sécurisation des données sont en train de voir le jour pour lever ces freins.

Pour nous, c’est encore le début d’une vague et même si le chemin parcouru sur ce segment des tablettes en seulement 2 ans et demi est tout simplement incroyable, c’est encore un marché en phase de maturation, notamment sur les usages professionnels.


Florent Hernandez :
Vous avez fait le pari de vous lancer sur iPad, pourquoi ne pas avoir développé également sur les autres systèmes de tablettes ? Est-ce un choix stratégique ? Cela est-il prévu ? 

David Chevenement : Le choix de partir sur une tablette plutôt qu’une version portable était pour nous une évidence. Beesy est, majoritairement, utilisée en réunion et la tablette permet une interaction plus forte avec son interlocuteur car il n’y a plus de barrière (écran du laptop). C’est une première révolution sans parler du poids, de la rapidité, de l’ergonomie, et de la légèreté qui pour des professionnels sont des avantages non négligeables également.

Le choix de démarrer avec une version iPad de Beesy est complètement délibéré : il y a plus de 2 ans, lors de ce choix stratégique, Apple avec son iPad, détenait plus de 95% du marché des tablettes. Au moment du lancement de l’application 18 mois plus tard, c’était encore 80% du marché et Apple vient d’annoncer fin octobre qu’ils avaient dépassé la barre des 100 millions d’iPad vendus. Par comparaison, à fin juin 2012, il y avait « seulement » 27 millions d’autres tablettes dans le monde, dont plus de 10 millions pour Amazon et Barns and Nobles. En saine gestion des priorités et aussi pour simplifier le développement (un seul code pour toutes les plates formes Apple), nous sommes donc partis sur l’iPad. Nous ne regrettons pas ce choix !

Par ailleurs,  nous avons aussi misé sur la simplicité de l’AppStore pour vendre aux quatre coins du monde. La faculté d’être présent et de communiquer aussi rapidement sur tous les marchés est un levier de croissance que nous avons vraiment pris en compte dans notre choix. Nous surveillons cependant de très près les autres tablettes, leurs évolutions et leur part de marché ; la preuve les tablettes Android selon la dernière étude de Business Wire, représenteraient en 2012 41% du marché des tablettes. Mais il faudra attendre les ventes de l’iPad mini pour se faire un vrai avis.

Nous travaillons actuellement sur une version Cloud de Beesy qui nous permettra de mettre en place assez rapidement une version iPhone et Mac pour que nos clients puissent synchroniser tous leurs équipements avec notre application. L’étape suivante sera la commercialisation de Beesy en entreprise pour équiper les managers, chefs de projets et commerciaux et leur permettre de synchroniser leurs actions…

Ensuite, nous attaquerons certainement le marché Android mais ce n’est pas pour tout de suite : diversité des plates formes physiques, diversité des versions de système d’exploitation, prise en compte des environnements propriétaires … Beaucoup de choses à gérer pour un marché qui se cherche encore en terme de volume, en tout cas du point de vue d’une petite structure comme BeesApps.


Florent Hernandez :
D’un point de vue plus concret, quel est selon vous l’impact de votre application sur la productivité d’un manager par exemple ? 

David Chevenement : Nous avons mené une enquête auprès de nos utilisateurs pour obtenir leur retour d’expérience. Au global il en ressort une division par 4 à 6 du temps consacré aux compte-rendus et au suivi des tâches. Par exemple un compte-rendu prend 10-15 minutes au lieu de 1-2 heures de traitement de manière traditionnelle (notes manuscrites et traitement de texte).

Beesy fournit une application de prise de notes intelligente qui interprète vos tâches sous-jacentes et supprime les opérations inutiles. Nous traitons 3 points principaux compliqués des réunions professionnelles :

  • Prendre rapidement ses notes pendant les réunions et ne manquer aucune information essentielle.
  • Envoyer des compte-rendus juste après la réunion en moins d’une minute
  • Suivi des actions rapide et efficace avec une organisation automatique des To-Do qui réutilise 100% des notes.

Par ailleurs, le côté tout-en-un de Beesy qui permet à l’utilisateur de gérer toute son activité business depuis une seule application est aussi un important facteur de productivité.


Florent Hernandez :
Il me semble que vous avez quelques cadeaux pour nos lecteurs ? 

David Chevenement : Effectivement, nous offrons 5 licences Beesy à vos lecteurs qui leur permettront de découvrir notre application qui changera certainement leur façon de travailler !! Pour cela rien de plus simple, ce seront les 5 premiers commentaires sur cet article.


Florent Hernandez :
Où pouvons-nous trouver des informations sur votre application ?

David Chevenement : Sur nos sites, tout simplement. Vous trouverez tout ce qu’il faut sur www.beesapps.fr, sachant que notre site est disponible en anglais, allemand, espagnol et italien.

  • Et pour faciliter la prise en main, nous mettons à disposition plusieurs outils :
  • Une aide dans l’application évidemment.
  • Des vidéos tutorielles: http://www.beesapps.fr/beesy-videos-tutorielles/
  • Une aide en ligne avec un zoom sur chaque grande fonctionnalité de Beesy
  • Un Forum très actif

Sinon notre descriptif et nos visuels sur l’Appstore.