Valérie Demyttenaere : Alexis Krycève bonjour. Pouvez-vous commencer par vous présenter à nos lecteurs ; quel est votre parcours professionnel ?

Alexis Krycève : Bonjour. Je suis cofondateur et ancien directeur général d’Alter Eco, la marque de commerce équitable, et suis cofondateur de Pur Projet, un collectif engagé pour la reforestation et la restauration d’éco-systèmes dégradés autour du monde.


Valérie Demyttenaere : Vous êtes à l’origine des bracelets Treez. Plus que de simples bracelets, j’ai envie de dire qu’il s’agit là d’un « concept-bijou » vraiment spécial. Expliquez-nous cela…

Alexis Krycève : Treez, ce sont des bracelets en hêtre du Jura, fabriqués en France, assemblés dans un ESAT (Etablissements et Services d’Aide par le Travail), qui contribuent à la reforestation. Ils se présentent sous forme d’une petite carte en bois avec un médaillon à casser soi-même et à attacher à son poignet ou ailleurs à l’aide d’un cordon de couleur fourni. A chaque Treez est associé un arbre, planté au cœur d’un projet de développement et de reforestation communautaire, suivant les principes du commerce équitable.

Concrètement : vous achetez un Treez et un arbre est planté en votre nom au Ghana, au Pérou, en France, en Thaïlande ou bien au Brésil, selon la couleur de bracelet que vous avez choisie. Sur votre Treez, un code unique à gratter vous permet de télécharger un certificat personnalisé, de géo-localiser « votre » arbre et de découvrir le projet de reforestation en question à l’aide de vidéos, photos, présentations diverses…


Valérie Demyttenaere : D’où vous est venue cette idée ?

Alexis Krycève : Au sein de Pur Projet, nous cherchons à trouver divers moyens de promouvoir des projets de reforestation pour agir contre la déforestation et le changement climatique. Un de nos premiers moyens consiste à proposer à nos clients, des entreprises de toutes tailles et de tous secteurs d’activité, d’intégrer la reforestation et la préservation des éco-systèmes au cœur de leurs filières, de leurs produits, de leurs modèles économiques et de leurs valeurs.

Pour ma part, j’ai une sensibilité produit assez forte (que j’avais déjà bien exploitée chez Alter Eco) et j’aime la mode, la déco, l’innovation… Un jour ma femme m’a soufflé l’idée de faire des objets qui plantent des arbres, et je me suis dit que c’était une très bonne idée : plutôt que d’utiliser les produits et les services de nos clients, pourquoi ne pas avoir nos propres produits ? Nous touchions jusqu’à maintenant peu le client final, par le biais de nos démarches. C’est pourtant ce que je préfère faire car je sais que c’est lui (c’est-à-dire nous !) qui a le pouvoir. J’ai donc voulu créer une marque pour promouvoir ces magnifiques projets de reforestation directement auprès des citoyens.

Il me restait à trouver un objet sympa, attirant pour lui-même, susceptible d’être arboré par le nombre le plus large possible de personnes, et qui puisse répondre aux codes de la mode pour pouvoir lancer le « buzz ». J’ai trouvé que les bracelets étaient une bonne option, et ces bracelets conçus avec une attention sociale et environnementale particulière sont un bon pied de nez aux bracelets en silicone qui promeuvent des causes sans se soucier des conditions dans lesquelles ils sont produits.

Enfin, un bracelet, c’est un moyen d’afficher l’appartenance à une tribu, et c’est bien de cela qu’il s’agit. Une tribu d’utopistes-réalistes, qui rêvent d’un monde meilleur mais agissent à leur niveau pour y parvenir.
Je dois dire aussi que l’idée est devenue une réalité grâce à Reine Mère et à Stéphane Clivier, qui a créé le concept d’objet Treez si original. Reine Mère est une maison d’éditions d’objets en bois principalement, fabriqués en France et éco-responsables. C’est plus facile de travailler ensemble quand on partage les mêmes valeurs !


Valérie Demyttenaere : En fait, chaque acheteur de bracelet « parraine » un arbre sur le principe. Comment retrouver et suivre le parcours de « son » arbre ?

Alexis Krycève : En allant sur www.treez.fr, vous entrez votre « Treez code » sur la page d’accueil. Ce treez code est un code à gratter qui figure sur votre carte Treez. Sur le site, vous serez alors dirigé vers votre espace personnel où vous pourrez télécharger un certificat à votre nom, géo-localiser votre arbre à l’aide de Google Maps, lire des informations sur le projet etc…


Valérie Demyttenaere : Les bracelets Treez se déclinent en différentes couleurs, chaque couleur correspondant à un projet de reforestation dans le monde. Comment déterminez-vous les projets dans lesquels Treez s’engage, et en quoi consiste ce partenariat ?

Alexis Krycève : Il s’agit de projets de reforestation développés et monitorés par Pur Projet, en partenariat avec des coopératives agricoles ou des associations locales. Faire naître et développer un projet de reforestation, le suivre dans la durée et s’assurer que les arbres plantés restent, en répondant à certains critères… c’est un métier ! Il s’agit d’un savoir-faire que Pur Projet a développé et qui ressemble à la mise en place de filières équitables que nous avons pratiqué chez Alter Eco pendant plus de 10 ans. Pur Projet a développé des projets de reforestation dans de nombreux pays.

J’en ai sélectionné 5 pour Treez, dont je savais qu’ils présentaient à la fois les garanties suffisantes, un potentiel de plantation d’arbres suffisant pour faire face aux volumes, et des bénéfices sociaux et environnementaux significatifs et complémentaires, afin que les clients de Treez puissent choisir leur couleur de Treez aussi en fonction des bénéfices auxquels ils sont les plus sensibles (préservation de la première réserve mondiale d’eau douce, lutte contre le changement climatique, préservation de la biodiversité, défense de cultures de Peuples Premiers menacés, commerce équitable, agro-foresterie, biodiversité en France…)


Valérie Demyttenaere : Le Treez c’est un objet « futile et utile » à la fois, et relevant d’un modèle de business « éco-responsable ». Pensez-vous que ce genre de projet a de l’avenir ou bien s’agit-il d’un simple phénomène de mode ?

Alexis Krycève : Cette question m’amuse parce qu’on me la posait systématiquement au sujet du Commerce Equitable, mais aussi dans le cas du Bio car je conseille des entreprises qui travaillent dans le bio.

Treez aspire à être un objet de mode et si possible que tout le monde désire, offre et s’offre.. mais le fait de mener une action utile, engagée socialement et d’un point de vue environnemental à travers une approche ludique et en acceptant l’idée de « se faire plaisir », ça, ce n’est sûrement pas un phénomène de mode.

Ce qui est condamné et finira forcément un jour (que j’espère proche !), c’est selon moi le modèle de société d’hier où la mode et le commerce ne sont forcément, par essence, pas éthiques et où, à l’inverse, une démarche éthique est condamnée à rester confidentielle, moralisatrice et non jubilatoire. Il faut que les gens aient du plaisir à changer le monde !


Valérie Demyttenaere : Comment comptez-vous développer votre activité ? Et avez-vous d’autres projets ou idées dans vos cartons (à moins que cela ne soit secret ?)

Alexis Krycève : C’est un peu secret et trop tôt pour en parler bien sûr. Aujourd’hui, je souhaite que Treez rencontre un succès à la hauteur de l’énergie que nous y mettons depuis 18 mois. Les relais de développement ensuite sont nombreux, et ce ne sont pas les idées qui manquent ! Si le succès est au rendez-vous, on devrait rapidement découvrir d’autres couleurs de Treez correspondant à d’autres projets de reforestation…

Un des leviers de développement est le fait de fournir à des marques des objets à façon, comme Treez, pour leurs cadeaux d’entreprise, cadeaux à leurs clients, collaborateurs etc… On peut facilement personnaliser les Treez aux couleurs de l’entreprise. D’ailleurs je commence à chercher des fonds pour permettre d’accélérer le développement de Treez donc je lance un appel aux investisseurs qui seraient intéressés par ce projet ! Ils sont les bienvenus…


Valérie Demyttenaere : Merci beaucoup Alexis ; on espère que vous serez entendu ! Où pouvons-nous vous retrouver sur la Toile ?

Alexis Krycève : Sur le site Treez c’est là que vous pouvez acheter les Treez pour l’instant. Ils sont également distribués sur Nos Meilleures Courses. Côté médias sociaux nous sommes aussi présents sur Facebook et Twitter.