Vous souhaitez créer votre entreprise dans la région Nord-Pas-de-Calais ? Vous recherchez actuellement des prestataires dans la région lilloise ? Vous avez besoin de conseils pour savoir quelles sont les démarches lors d’une création d’entreprise ? La Créativallée est là pour vous aider !

Véritable marque économique de la région Nord-Pas-de-Calais créée en 2008, La Créativallée est dirigée par Stéphane Caplier et rassemble aujourd’hui plus de 1 200 ambassadeurs qui relaient chacun l’image dynamique de la région, ses atouts et l’existence de La Créativallée afin de favoriser la vie économique régionale.

Que ce soit pour créer, sensibiliser, reprendre, innover ou s’implanter, La Créativallée propose cinq programmes dont l’objectif consiste à faire preuve de créativité et apporter un accompagnement de qualité aux porteurs de projets.

Je vous propose une interview de Stéphane Caplier, Responsable de la Créativallée, et de découvrir les atouts de cette association et son ambition au service de la création et de l’innovation.

Elise Boisquillon : Bonjour Stéphane. Actuellement Responsable de l’association La Créativallée, pouvez-vous nous décrire votre parcours professionnel ?

Stéphane Clapier : Bonjour. Je suis diplômé en histoire et communication à travers un parcours universitaire. J’ai ensuite travaillé dans le secteur de la mutuelle et de la communication. Et cela fait dix ans que je travaille chez La Créativallée ; j’en suis le Directeur depuis 2008 et je mets en pratique mes compétences en communication, relations publiques et management.

EB : Quel est le concept de La Créativallée et quels sont ses objectifs ?

SC : La Créativallée est une opération de marketing territorial visant à promouvoir la région sur son potentiel économique. Le discours est très axé sur les hommes et ce que l’on fait ensemble ; nous mettons en avant l’aspect réseau et l’aspect humain dans un environnement entrepreneurial et économique.

L’objectif de La Créativallée consiste à promouvoir l’attractivité économique du Nord sous un angle « business » pour attirer les porteurs de projets dans cette région sur des marchés porteurs comme les TIC ou la grande distribution par exemple.

Toutefois, nous devons faire face à un réel problème de décalage entre la perception et la réalité économique de la région qui est malheureusement plombée par les clichés alors que c’est une région moderne et rénovée.

Pour pallier ce problème, nous axons notre discours sur des cas concrets de pépites entrepreneuriales. Par exemple, la terre battue pour le Roland Garros et le tapis rouge du Festival de Cannes proviennent de la région. Ou encore, un tiers de la production mondiale des glaces Häagen-Dazs sont produites également dans la région.

EB : Quelles sont vos missions au sein de ce « label économique » qui représente la région du Nord-Pas-de-Calais ?

SC : J’interviens pour le développement du réseau des ambassadeurs qui sont pour la plupart des bénévoles de la région ; ces ambassadeurs s’engagent alors à promouvoir l’image de la région.

Je travaille également sur le développement des outils de communication et les alimentent via les « Good News » sur le blog La Créativallée et les réseaux sociaux.

Ces missions nécessitent beaucoup de temps en termes de démarches interpersonnelles car il s’agit d’un véritable travail collaboratif avec les ambassadeurs.

EB : Concrètement, lorsqu’une personne ou une équipe souhaite entreprendre, innover, créer… et fait appel à La Créativallée, quelle est la valeur ajoutée de l’association ?

SC : La Créativallée permet de rediriger les équipes qui sont porteuses de projets vers les organisations partenaires liées à l’entrepreneuriat, l’innovation ou l’implantation en fonction des projets. Le parcours client est donc très simple !

EB : Véritable marque économique promouvant entrepreneuriat dans cette région, qui sont les membres et donc les ambassadeurs de La Créativallée ?

SC : La majorité des ambassadeurs sont des cadres, dirigeants et chefs d’entreprises de TPE/PME à hauteur de 95%. Les 5% restant étant constitués d’institutions.

EB : Pouvez-vous nous donner des exemples d’entreprises qui ont vu le jour grâce à La Créativallée et aux porteurs de ces projets ?

SC : Il est très difficile de vous dire quelles sociétés ont vu le jour grâce à La Créativallée ou même de vous donner des informations sur les secteurs d’activité tendances même si il y a actuellement une dynamique du numérique.

Toutefois, à titre d’exemple, une grande société d’assurances a ouvert des bureaux dans la région avec ses 190 salariés.

EB : Quels sont les prochains axes de développement de La Créativallée en faveur des porteurs de projets ?

SC : Premièrement, nous souhaitons sortir plus de la région afin d’animer les clubs d’ambassadeurs dans d’autres villes comme à Paris, et plus globalement dans un rayon de 300 à 350 km autour de la région.

Nous souhaitons également étendre la marque internationale « Lille Region » afin d’avoir des ambassadeurs à l’international car aujourd’hui 1 250 ambassadeurs se situent dans la région Nord-Pas-de-Calais et environ 50 à l’étranger.

Nous voulons aussi travailler avec de nouvelles organisations et des acteurs publics.

EB : D’où vous vient cette passion de l’entrepreneuriat ?

SC : Je parlerai davantage de conviction sur l’entrepreneuriat, c’est-à-dire d’initiatives de personnes afin de créer des business autonomes, viables et de générer des emplois.

C’est également une réponse aux problèmes de compétitivité, de développement économique et de chômage car, selon moi, les innovations proviennent davantage des start-ups que de la fonction publique ou des grands groupes en France.

En somme, l’entrepreneuriat représente une réponse à plein de problèmes et engendre autonomie et prise en main de sa vie ; c’est une cause partagée et internationale qui prend en compte l’aspect humain.

EB : Si vous deviez vous définir en trois mots, quels seraient-ils ?

SC : J’emploierai plutôt l’expression « développeur de créativité ». Je suis quelqu’un qui, par nature, a beaucoup d’idées et cela s’accentue avec mes dix années d’expériences professionnelles. J’ai un profil plus « créateur » (que « développeur ») pour lancer de nouvelles idées et les étoffer ensuite.

EB : Merci Stéphane pour cette interview accordée à Business Actor.

Si vous souhaitez échanger avec Stéphane Caplier sur l’entrepreneuriat, vous pouvez le contacter sur son profil Viadeo (www.viadeo.com/fr/profile/stephane.caplier).

Et si vous avez de beaux projets et la volonté de mettre en œuvre les bonnes pratiques liées à son environnement dans une région économique dynamique et idéalement située, renseignez-vous auprès de La Créativallée !