Le nouveau directeur général de Carrefour a dévoilé son plan de redressement le 30 août dernier lors de la présentation des résultats semestriels du distributeur.

Le géant français semble avoir trouvé la personne qu’il lui fallait pour remonter la pente. Après les échecs successifs de José-Luis Duran et Lars Olofosson, anciens patrons de l’enseigne, l’expérience de Georges Plassat pourrait permettre à Carrefour de sortir de cette mauvaise passe. Ayant précédemment démontré ses compétences chez Casino et Carrefour (Espagne), ou encore comme PDG du groupe Vivarte, cet entrepreneur a accepté de relever ce défi colossal.

Depuis 7 ans, le distributeur a du lutter contre de nombreuses difficultés comme la transformation du commerce avec Internet et le nouvel essor des magasins de proximité. Un véritable fiasco pour l’enseigne avec une baisse de ses actions  divisées par trois depuis 2007. D’après Georges Plassat, «la stratégie de croissance conduite par le passé était légitime et compréhensible, elle a simplement manqué de moyens ». Il relève ainsi une organisation non adaptée.

« C’est vrai que la situation est difficile, d’autant plus que la consommation souffre, notamment en Europe. Mais Carrefour est resté une magnifique entreprise, qui a la chance aujourd’hui de disposer de tous les formats de magasins – hypermarché, supermarché, proximité – à dominante alimentaire, ce qui répond parfaitement aux besoins actuels. »

Le nouveau patron de Carrefour souhaite ainsi redéfinir en priorité une identité propre à chaque format de magasins en fonction de leur taille.

« L’enseigne du magasin doit permettre au client de comprendre immédiatement ce qu’il va y trouver en terme d’offre, de services et de prix. Mettre le nom Carrefour sur tous nos magasins, quelle que soit leur taille a été une erreur. Il faut en finir avec la confusion entre les différents formats de nos magasins. »

Suite à la suppression de plus de 500 postes administratifs aux différents sièges du groupe, Monsieur Plassat a annoncé qu’il n’y avait plus de vagues de départs de prévues. Il a également justifié ces derniers licenciements en expliquant que le poids de ces structures était devenu incohérent avec leur métier.

Georges Plassat a également insisté sur le besoin de l’enseigne de recréer un lien entre les clients et les employés, ainsi qu’un rapprochement entre ces derniers et les dirigeants eux-mêmes. Une confiance et une unité à renforcer afin de solidifier l’entreprise en interne.

Source: Le Monde