Après la perte de 24 000 abonnés depuis l’arrivée de Free Mobile, Virgin mobile réagit en proposant désormais une box avec une offre unique.

« Nous avons bien l’intention de jouer le match retour et de le gagner. Xavier Niel n’a pas le monopole de la défense du consommateur. » C’est dans ces termes explicites que Geoffrey Roux de Bézieux assure son come-back et celui de sa firme, Virgin mobile, dans la course que se livrent les différents opérateurs de téléphonie mobile depuis l’arrivée fracassante de Free en janvier dernier.

Rappelons-le : avec un premier forfait à 2€ et un tout-illimité à 19€99, Free mobile avait envoyé au tapis tous ses autres concurrents et provoqué une vague de résiliations chez ces derniers. Avec environ 2.2 millions d’abonnés en seulement 3 mois, il culmine désormais au sommet et pousse ses meilleurs ennemis à faire évoluer leurs offres. (Voir article « Xavier Niel engage la guerre des opérateurs« )

Virgin Mobile, premier opérateur mobile virtuel avec 1.9 million d’abonnés, et sous l’égide de son Président, a ainsi lancé une nouvelle box comprenant une offre « quadruple play » cassant littéralement les prix dans le fixe. En effet, depuis la hausse de la TVA sur les abonnements triple play à la fin de l’année 2010, une facture mensuelle revenait à environ 38€ pour les abonnés. Alors que les prix des communications mobiles diminuaient, ceux des communications fixes ne cessaient d’augmenter…

Cette offre est mise au placard avec la «Virgin box» ADSL proposant les services Internet, télévision, téléphone fixe et mobile à moins de 30 euros, incluant également un abonnement mobile (2 heures d’appel et SMS illimités). Notons tout de même que le client souhaitant téléphoner du fixe vers les mobiles devra payer 8€ de supplément, ou bien payer une franchise sur les trois premières minutes d’appel.

Interrogé par Le Figaro sur ses intentions concernant cette offre défiant toute concurrence, Geoffrey Roux de Bézieux assure bien évidemment son désir de réduire la marge de Free dans la téléphonie mobile : « Le marché du fixe en France est aujourd’hui oligopolistique. Ce qui permet à Free d’avoir des marges de 39 % et de financer son offre mobile. » Par ailleurs, le développement de Virgin mobile lui permet de se démarquer nettement des autres opérateurs virtuels existant puisque celui-ci touche de l’argent lorsqu’on appelle ses clients, mais il n’en dépense pas pour autant en coûteuses antennes pour fonctionner.

Profitant déjà des pannes de réseau de Free, jusqu’où iront les acteurs de la téléphonie fixe et mobile pour tenter de récupérer d’ex-clients infidèles ou de conquérir de nouveaux consommateurs ?