Etudiant de l’ISTEC et âgé de 22 ans, Frédéric Mugnier réalise en 2009 un voyage d’étude en Chine avec son ami Nicolas Rohr. Cette expérience va leur permettre de vivre une réelle aventure !

En Chine que vous soyez jeune, vieux, riche ou pauvre, la sneaker est portée par tous. Partant de ce constat et attirés par la création d’entreprise ainsi que par le milieu de la mode, une idée germe alors dans les esprits de Frédéric et Nicolas : créer une marque de chaussures « sneakers » française.


De retour en France, les deux acolytes travaillent alors ardemment pendant un an à monter un business plan et à étudier le marché (en parallèle de leurs études) ce qui va leur permettre de lancer leur première production : 5 000 paires de sneakers qui s’écouleront en 2 semaines au lieu des 6 mois prévus ! Ca y l’aventure est lancée et la marque de chaussures au style « casual trendy » s’appelle Faguo, qui signifie « France » en chinois et qui signifie littéralement « Le Pays des lois et des Merveilles ».

Entretien avec Frédéric Mugnier, fondateur associé de Faguo pour en apprendre davantage sur cette marque de sneaker française à la fois ultra tendance et responsable ainsi que sur les projets de la société :

Elise Boisquillon : Bonjour Frédéric. Pouvez-vous en quelques phrases nous décrire votre parcours universitaire ?

Frédéric Mugnier : J’ai eu une scolarité standard avec plusieurs déménagements. J’ai également redoublé ma seconde pour ensuite obtenir un bac scientifique, puis j’ai intégré post bac l’école de commerce l’ISTEC à Paris.

EB : Fondateur associé de la société Faguo spécialisée dans la création de chaussures « sneakers », comment est née votre société ?

FM : Lors de mon école de commerce, j’étais très impliqué dans les associations et je faisais partie du BDE (Bureau Des Élèves, NDLR) ce qui m’a permis de rencontrer Nicolas Rohr. Nous avons eu l’opportunité de passer un semestre Erasmus en Chine. Là-bas, tout le monde entreprend. Nous nous sommes alors dit : pourquoi pas nous ? Lorsque nous sommes rentrés en France, nous avons donc choisi de nous lancer dans le secteur de la mode et plus particulièrement celui des chaussures, après avoir exclu le prêt-à-porter et les accessoires car il existe déjà de nombreuses marques dans ces domaines. Nous avons alors travaillé pendant un an sur le business plan et avons pris conscience de la réalité du terrain, avons découvert la production, les dessins…

EB : A quelles difficultés majeures avez-vous été confrontés lors de la création de Faguo ?

FM : Sans aucun doute notre manque d’expérience ! Nous ne connaissions rien au fonctionnement du marché, à la gestion des coûts. Par exemple, nous n’avions aucune idée du prix pour un expert-comptable et devions donc demander plusieurs devis. C’était à la fois une force et une faiblesse car d’un côté nous n’avions aucun idée reçue, mais de l’autre nous perdions du temps pour toutes ces recherches et démarches.

EB : Quel est votre meilleur souvenir au cours de cette année qui vous a permis de mettre en place votre projet ?

FM : La réception du premier prototype : j’ai vécu un moment très fort même si j’ai été déçu car bien évidemment, ce premier modèle nécessitait plusieurs modifications. Et je garde un bon souvenir de la période pendant laquelle nous avons, Nicolas et moi, monter le business plan et réalisé une étude de marché.

EB : Quel est le concept de votre marque Faguo et pourquoi avoir choisi ce nom ?

FM : Le concept de Faguo est décrit dans notre étude de marché. Il repose sur trois aspects essentiels :

  • Mode : un design simple et épuré,
  • Responsable : Faguo constitue la première société de France ayant présenté un bilan carbone prévisionnel dans son business plan,
  • Une marque plus proche de ses clients notamment à travers les réseaux sociaux et les amis qui sont  à la fois des actionnaires et de véritables ambassadeurs de notre marque.

Quant au nom Faguo, lors de notre voyage en Chine, on appelait toujours les français : les « faguo » car « faguo » signifie « France » en chinois, d’où le nom de notre marque aujourd’hui.

EB : « Faguo, un style casual trendy ». A qui sont destinées les chaussures Faguo ?

FM : A un public de 20 à 35 ans mixte qui s’identifient aux valeurs de la marque : une mode sans être décalé et une mode sobre.

EB : Grâce à votre première levée de fonds auprès de 15 amis, vous avez pu réaliser votre première production de 5 000 paires. Concrètement, comment avez-vous fait pour convaincre vos amis d’investir dans votre société ?

FM : Lorsque nous avons présenté notre projet à nos amis, nous avions préparé plusieurs scénarios car il fallait tout envisager : réaliser ou non des ventes. Les avis ont été contrastés entre les amis et c’est normal car on ne peut pas s’attendre à avoir 100% de ses amis qui, même s’ils trouvent votre projet génial, sont forcément prêts à investir financièrement. Nous avons donc eu 13 amis pour et 10 contre. Même si ces derniers ont refusé de nous soutenir financièrement, cela nous a permis d’échanger et de nous enrichir afin, parfois, de nous remettre en question.

EB : Alors que de nombreuses marques de chaussures existent actuellement en France, comment avez-vous réussi à vous faire une place dans ce secteur très concurrentiel et quels sont les facteurs clés de succès de Faguo ?

FM : Je pourrai reprendre les « 4P », à savoir le bon produit, au bon endroit, au bon moment et au bon prix. Mais nous devons notre réussite surtout à la chance ! Concernant les facteurs clés de succès, nous sommes arrivés alors que le marché était en attente de nouvelles marques. Le 2ème facteur est que le besoin existe avec des parts de marché à prendre à droite et à gauche. Côté communication, nous l’avons principalement réalisé sur les réseaux sociaux, notamment Facebook et nous étions les pionniers, car dans un sens nous débutions, donc nous n’avions « rien à perdre » comparé à des marques déjà connues qui doivent gérer leur réputation.

D’autre part, notre concept repose sur le respect de l’environnement : une paire achetée, un arbre planté en France.

Enfin, notre distribution est résolument très proche des clients. Nous avons commencé par des ventes Tupperware chez des amis pour faire connaître et vendre nos chaussures.

EB : Quels conseils pourriez-vous donner à de jeunes entrepreneurs ambitieux qui souhaitent lancer leur entreprise ?

FM : Avant toute chose : ne pas créer de besoin (sauf pour une idée géniale !).

Aussi, ne pas s’inquiéter de l’argent : le plus important consiste à présenter un projet réaliste pour intéresser et trouver des investisseurs. Et j’ajouterai ne pas faire une priorité du choix des statuts de l’entreprise car cette décision n’est pas un choix primordiale. Nous-mêmes nous étions trompés dans le choix du statut, et nous avons pu facilement effectuer les modifications souhaitées.

EB : Actuellement, les chaussures Faguo sont disponibles en France et dans plusieurs concepts stores en Belgique ou en Espagne entre autre. Envisagez-vous d’avoir votre propre réseau de distribution ? Pourquoi ?

FM : Non, du moins pas dans un futur proche car c’est trop cher. Nous souhaitons dans un premier temps nous développer en interne.

EB : Quels sont vos projets pour cette année et 2013 ?

FM : En 2012, nous avons déjà sorti une première collection d’accessoires. Et dans une semaine, la collection Printemps-Eté 2012 sera lancée. En avril, nous lançons la première ligne d’accessoires qui se compose de 2 sacs et de 2 portefeuilles mixtes.

Pour 2013, il y aura bien entendu deux nouvelles collections et nous souhaitons être plus présent à l’international, en Europe. L’un de nos projets consistera aussi d’une part à stabiliser notre réseau de distribution, et d’autre part à accroître le nombre de points de vente pour enfants.

Merci Frédéric d’avoir accepté cette interview pour Business Actor.

 

« Une paire achetée égale un arbre planté ». Comme vous l’aurez compris lors de cette interview de Frédéric Mugnier, la marque est fortement engagée pour la préservation de l’environnement (en soutenant notamment des projets de reboisement en France).

Autre point fort de la société, toute la logistique est gérée par un centre de réinsertion par le travail qui emploie des salariés handicapés et Faguo ne bénéficie d’aucune aide spécifique pour cette action.

Si vous aussi vous souhaitez être à la mode en contribuant au service de l’environnement, découvrez les modèles Faguo à des prix accessibles et aux noms inspirés de la nature (Oak, Teak, Maple…) sur la boutique en ligne Faguo qui propose des modèles pour adultes et pour enfants avec des tailles disponibles du 22 au 50.