L’annonce est officielle ce jour : le groupe PPR (Pinault Printemps Redoute) change de nom pour la 5ème fois depuis son introduction en bourse en 1988, et se fera désormais appeler « Kering ». Un nouveau nom/logo, et un vrai travail sur l’identité de la marque pour illustrer le recentrage du groupe vers ses activités les plus rentables, le luxe et la mode sportive.

François-Henri Pinault lui-même a dévoilé la nouvelle signature de l’empire créé par son père François Pinault en 1963 et dont il a hérité en 2003. Le nom « Kering » fait référence d’une part aux racines bretonnes du groupe (« Kêr » en breton signifie foyer, dans le sens : là où se trouve le cœur/la vie de la maison) et la terminaison « ing » souligne sa dimension internationale – en 2013 le groupe prévoit de ne réaliser que 5% de son CA en France. La discrète chouette stylisée se veut quant à elle symbole de clairvoyance, et fait également référence à l’animal préféré du fondateur du groupe.

Groupe-Kering

Par ailleurs, « Kering » est en rapport direct avec l’anglais « caring ». Pour François-Henri Pinault, cela signifie que le groupe prend soin « de ses marques et de ses collaborateurs ». Il précise aussi que le mot est prononçable dans toutes les langues, et que son équivalent en chinois, « Kai Yun », synonyme de « ciel qui s’ouvre » et de bonne fortune, est connoté de manière extrêmement positive en Chine – et l’on sait à quel point aujourd’hui le marché chinois pèse lourd dans l’industrie du luxe.

Avec la cession prévue de La Redoute cette année, et l’introduction en bourse de la Fnac, l’ancien PPR aura bientôt terminé de se désengager de ses activités de distribution. Le groupe détient des marques prestigieuses telles que Gucci, Bottega Veneta, Yves Saint Laurent, Balenciaga, Alexander McQueen, Boucheron, Puma, Volcom, Cobra, etc. ; son chiffre d’affaires s’est élevé en 2012 à 9,74 milliards d’euros pour un bénéfice net de 1,05 milliards d’euros. Il prévoit de réaliser 24 milliards d’euros de CA à l’horizon 2020.