Esther Duflo est une fierté nationale et un génie en économie ! Cette économiste française a été choisie par la Maison-Blanche pour faire partie du nouveau comité pour le développement mondial qui se composera, entre autres, de l’égyptien Mohamed El-Erian (DG du fonds d’investissement Pimco), Smita Singh (économiste renommée) et Sylvia Mathews Burwell (présidente de la fondation Wal-Mart).

Née à Paris en 1972, Esther Duflo entre au Lycée Henri-IV (classe préparatoire)  avant d’intégrer l’Ecole Normale Supérieure (ENS). Elle obtient en 1994 une maîtrise d’histoire et d’économie puis un DEA en économie en 1995.

Elle soutient sa thèse (Trois essais sur l’économie empirique du développementà télécharger ici ) au département d’économie du MIT qui a été consacré à l’évaluation économique des projets de développement.

Après une année de détachement à l’université Princeton, elle devient professeur au MIT en 2004 et détient la chaire « Abdul Latif Jameel ». Elle a créé et dirige « Abdul Latif Jameel Poverty Action Lab (J-PAL) » qui est un réseau de chercheurs spécialisés dans les évaluations des programmes sociaux, de développement et de la réduction de la pauvreté. Elle est depuis 2012 conférencière (Tanner lecturer) à l’université d’Harvard.

Esther Duflo figure parmi les innovateurs de ces dernières années en matière d’économie. Ses recherches se focalisent sur la micro-économie issue des pays émergents et s’intéressent de près au comportement des ménages, à l’éducation et l’accès au financement, ainsi qu’à l’évaluation de la santé publique et la politique. Elle fonde son travail sur des expériences de terrain en partenariat avec des ONG. Le New Yorker a écrit à son sujet :

Elle croit en la redistribution et en l’idée optimiste que demain pourrait meilleur qu’aujourd’hui.

Elle a co-écrit récemment, avec le professeur Abhijit Banergee « Poor Economics : A Radical Rethinking of the Way to Fight Global Poverty » qui a gagné le prix du « Financial Times/Goldman Sachs Business Book of the Year » en 2011.

Esther Duflo est, selon Dean Karlan (professeur d’économie à l’université de Yale), un excellent exemple de cette nouvelle génération d’économistes qui s’intéressent réellement au problème du sous-développement. Des économistes brillants qui ne se consacrent pas qu’aux théories mais essaient d’améliorer le monde qui les entoure.

Elle a participé à plusieurs conférences TED (Technology, Entertainment and Design) – vidéo ci-dessous et l’une de ses citations y a marqué le public :

En technologie, on dépense beaucoup de temps pour expérimenter et affiner les produits, et chercher toujours à utiliser les composants les moins chers, pourquoi ne ferait-on pas pareil avec la politique sociale ?


Esther Duflo
a reçu plusieurs distinctions :

  • Le prix Elaine Bennett pour la recherche en 2002 (American Economic Association)
  • Le prix du meilleur économiste jeune français en 2005 (Le Monde/Cercle des économistes)
  • Elle figure sur la liste des 100 premiers intellectuels mondiaux en 2008 (Foreign Policy, magazine américain)
  • La médaille John Bates Clark en 2010
  • La médaille de l’innovation du CNRS en 2011
  • Elle figure sur la liste des 100 personnes les plus influentes au monde (Time, magazine américain)
  • Elle est classée 62ème sur la liste des 100 premiers penseurs mondiaux (Foreign Policy, magazine américain)