Certaines idées naissent d’un besoin. Et c’est lors de l’organisation du weekend d’intégration de sa promo en 2007 que Céline Lazorthes a pris conscience de ce dernier. Courir après tout le monde pour espérer pouvoir récolter la somme demandée en temps et en heure, ça devient vite agaçant pour l’organisateur d’un évènement. Le projet Leetchi était né, celui d’une banque communautaire.

 

Noëmie Martinez: Bonjour Céline, pouvez-vous nous présenter Leetchi et son concept ?

Céline Lazorthes: Bonjour, Leetchi.com est un service web, gratuit et sécurisé qui permet de collecter de l’argent en ligne à plusieurs. C’est souvent compliqué de réunir une somme d’argent dans le but de financer l’achat d’un cadeau, un week-end d’EVJF, un cadeau de naissance, de mariage, de crémaillère ou même de vendre des tickets pour un concert. Leetchi.com vous permet de créer une cagnotte en ligne en quelques secondes. Vous pouvez très facilement personnaliser cette cagnotte (image, texte). Une fois créée, en communiquant l’url de la page ou en invitant directement des participants, ceux là peuvent participer en toute sécurité au moyen de leur carte bleue. La cagnotte est créditée en temps réel et tout le monde peut en suivre l’évolution. Lorsque le créateur décide de la fermer, pour récupérer les fonds plusieurs options possibles. Soit vous dépensez votre cagnotte en ligne chez un de nos partenaires marchands (Pixmania, Fnac.com, Wonderbox, Nature et Découvertes, Jules, Kookaï…) sans aucun frais, le service est gratuit à 100%. Soit vous demandez un virement bancaire (commission de 4%). Mais vous pouvez très bien dépenser une partie de la cagnotte chez un partenaire et demander un virement pour le reste. Tout est fait pour répondre au mieux aux attentes de chacun. Vous pouvez également offrir la cagnotte à son bénéficiaire qui recevra par email une invitation à se connecter pour récupérer sa cagnotte Leetchi.com !

N.M: Cette problématique des cagnottes collectives, c’est du vécu ?

C.L: Oui, totalement ! L’idée m’est venue lorsque je me suis retrouvée en charge des courses pour le week-end d’intégration de ma promo. Arrivés à Rungis, nous avions seulement la moitié des sous de la classe, une véritable galère pour avancer l’argent. C’est aussi à ce moment là que je me suis souvenue que mon frère et mes cousins me devaient aussi des sous pour les cadeaux de Noël depuis 6 mois… Bref, cela m’est souvent arrivé d’être la bonne poire.

N.M: Et concernant votre parcours professionnel et personnel, d’où vous est venue l’impulsion de lancer ce projet ?

C.L: J’ai toujours eu envie d’entreprendre. La rencontre chez Eyeka avec Gilles Babinet a été décisive quand je me suis lancée !

N.M: Je crois savoir que l’incubateur d’HEC a joué un grand rôle dans le lancement de cette aventure. En quoi vous a-t-il aidé ? Et à quelles difficultés avez-vous été confronté lors la mise en œuvre de Leetchi ?

C.L: Cela m’a beaucoup aidé comme tous les incubés je pense ! On a eu des sessions coaching, des intervenants de très grande qualité et surtout c’est le meilleur moyen d’échanger avec d’autres jeunes entrepreneurs et de partager son expérience, ses doutes et ses convictions ! Une bien belle époque avec Guihlem Bertholet qui dirigeait l’incubateur.

N.M: 2 ans et demi ans après le lancement de Leetchi, êtes-vous là où vous pensiez être ? Leetchi s’est-il développé à la hauteur de vos attentes ?

C.L: Oui, nous sommes 19 dans l’équipe et plusieurs recrutements sont prévus. Bien sûr, on trouve toujours que cela ne va jamais assez vite mais quand on se retourne et qu’on voit le travail accompli, on a de quoi être heureux ! A l’heure actuelle, nous ouvrons le service à l’Europe !

N.M: Vous collaborez avec de nombreuses associations caritatives dont « Graines de paix », « Les éléphants du Cambodge », « La Fédération Française de Protection des Enfants » ou encore la « Croix Rouge Française ». Souhaitez-vous par là donner une tournure plus sociale à Leetchi ou est-ce les associations qui ont simplement eu besoin de vos services ?

C.L: En effet, ce sont les associations qui sont dans un premier temps venues à nous. Leetchi.com de part sa simplicité d’utilisation (3 étapes) et son faible taux de commission (4%) est une plateforme très attractive pour les différentes associations. De plus, le côté « friendly » de la cagnotte Leetchi.com, avec les fonctions de partage et facilités de navigation (one click payment, Facebook connect) sont des avantages non négligeables lorsque l’on sollicite des tiers pour participer à un projet. Nous avons d’ailleurs revu nos tarifs pour proposer un vrai plus à ces associations humanitaires et notre commission est de 3% au-delà de 5000 euros collectés. En interne une personne s’occupe de gérer les partenariats associatifs. Dans ce secteur c’est très important d’avoir une écoute attentive, c’est sans doute ce qui fait notre force. L’écoute.

N.M: Vous avez développé une application Twitter « Don’t forget anniversary by Leetchi.com ». Les réseaux sociaux jouent une place importante dans votre stratégie ?

C.L: Ça remonte à il y a un moment, le service était à peine en ligne et c’était surtout pour faire découvrir Leetchi.com sur les réseaux sociaux.

N.M: Il y a tout juste 3 semaines, vous lanciez un nouveau service en ligne : Bankiwi. Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

C.L: Oui, avec plaisir ! Bankiwi.com est né d’un constat comme pour Leetchi.com ! Ils sont 9 millions de jeunes à être connectés sans pouvoir pour autant acheter en ligne. Les ados sont confrontés à un véritable paradoxe puisqu’ils ont de l’argent de poche et très souvent prennent la carte bleue de leurs parents pour effectuer un achat (musique, jeux, fournitures…). Bankiwi.com est le 1er service à proposer une tirelire en ligne gratuite et sécurisée.

N.M: Pour finir, que conseillerez-vous à une personne qui hésite encore à créer son entreprise ?

C.L: De foncer !

  

N.M: Si l’on devait vous souhaitez quelque chose pour l’avenir, ça serait…

C.L: D’avoir toujours cette chance qui me suit, et qui me fait rencontrer des personnes exceptionnelles !

Merci Céline d’avoir accordé quelques minutes à Business-actor.