Après avoir passé plus de vingt ans chez McDonald’s,  Denis Hennequin, 54 ans, est arrivé à la tête du groupe Accor Hôtels depuis le 15 janvier 2011. Et il compte changer complètement d’horizon et d’objectifs pour cette firme qui a besoin d’une nouvelle jeunesse.


Son parcours à McDonald’s

Après avoir fréquenté les lycées Henri IV et Montaigne, puis avoir eu une licence en sciences économiques et une maîtrise en droit des affaires/droit fiscal, Denis Hennequin obtient un diplôme d’expert comptable. Il entre chez McDonald’s en tant que manager mais très rapidement il grimpe les échelons : directeur de restaurant, conseiller en formation et recrutement, conseiller en exploitation, directeur de la franchise, directeur des opérations et finalement directeur régional Île-de-France.

Par la suite, il occupe les postes de vice-président chargé du développement, des ressources humaines et des régions. Il est enfin nommé président-directeur général France en 1996.

Son passage chez McDonald’s a donné lieu à de grandes stratégies marketing et stratégies d’image qui ont rendu l’enseigne de fast food encore plus connue et ont fait littéralement exploser les ventes : la formule « Born in the USA, Made in France », l’introduction de la salade et des fruits à croquer dans les menus, le changement de couleur du rouge au vert (rappelons qu’à l’époque José Bové…) Autant de concepts originaux qui ont marqué les esprits des consommateurs.


Son arrivée chez Accor Hôtels

Grand changement pour ce PDG fan de rock et de guitares en janvier 2011 puisqu’il quitte McDonald’s pour relever de nouveaux défis au sein de l’enseigne Accor Hôtels. Au fil des mois qui suivent, des opérations de « nettoyage » permettent à la compagnie d’économiser de l’argent : Accor Hôtels cède ainsi sa chaîne américaine Motel 6 et la marque Lenôtre.

Ces ventes effectuées, Denis Hennequin peut maintenant s’atteler à un premier chantier et pas des moindres : l’enseigne Ibis Hôtels. Cette « Belle au bois dormant », comme il l’appelle lui-même, sommeille depuis des décennies et a été complètement abandonnée par la Direction. Pourtant, selon lui, elle constitue une mine d’or et un considérable tremplin en ces temps de crise.

Finie la standardisation des chambres, le manque de design et le mobilier « vieillot » ; place à un total relooking pour les 1.600 hôtels de la chaîne. Au programme : les chambres sont renouvelées et diversifiées, la forme et l’épaisseur des matelas sont adaptées aux clients selon les pays, et même la couleur de l’oreiller a été changée pour exprimer le degré de confort du lit (rouge pour Ibis, bleu pour Ibis budget/Etap Hotel, vert pour Ibis Styles/All Seasons). Ce sont au total 100.000 lits qui vont être changés pour permettre à la chaîne Ibis de repartir sur de bonnes bases.

 


Et après Ibis ?

D’autres projets ont commencé ou vont commencer bientôt : Sofitel, Mercure, MGallery, Novotel, et finalement Pullman, toutes les marques d’hôtels que possède Accor vont avoir le droit elles aussi à un nouveau souffle d’ici 2014.

Avec 150 millions d’euros investis rien que pour Ibis, on imagine que les dépenses vont être encore plus importantes pour le reste des enseignes, la plupart étant considérées comme de grand standing et prestigieuses. Comme Accor, on attend donc beaucoup de Denis Hennequin, un vrai visionnaire en recherche perpétuelle d’idées…