L’annonce est tombée il y a quelques jours : Dell, troisième constructeur mondial de PC, sort de la Bourse et revient sous l’aile de son PDG et fondateur, Michael Dell, qui vient d’en annoncer le rachat avec le fonds Silver Lake.

D’après un communiqué officiel du groupe, Microsoft financerait cette transaction à hauteur de 2 milliards de dollars. Michael Dell est aujourd’hui PDG et actionnaire de l’entreprise à 14%, le reste des actionnaires impliqués toucheront 13,65 dollars par titre, ce qui représente une prime de 25 %. Michael Dell a néanmoins signifié à son conseil d’administration son insatisfaction quant aux primes aux actionnaires, évaluant son entreprise à une valeur de 24,00 dollars par action.

Face à ces annonces et aux inquiétudes grandissantes, le PDG a également pris le temps de rédiger une lettre à l’attention de sa clientèle afin de la rassurer sur les prix de leurs produits. Michael Dell remet en effet au centre des priorités de l’entreprise l’expérience client, la recherche d’innovation et par conséquent de croissance, et ce, sans affecter la clientèle mais en lui apportant, au contraire, un service et un accompagnement de qualité.


But de ce rachat : la reconquête d’un marché en berne

Confronté à la montée en puissance des smartphones, tablettes et autres produits mobiles innovants, Dell n’a pas su se renouveler, ni s’imposer sur le marché, perdant ainsi sa position de numéro un mondial de l’informatique.

Ainsi, pour inverser cette tendance, et se ré-imposer sur le marché, Dell a choisi de s’engouffrer dans la brèche du service dématérialisé avec, tout comme ses concurrents, un focus sur le cloud computing, cheval de bataille de tous les acteurs du marché.


Un peu d’histoire

Alors étudiant en médecine à l’université du Texas d’Austin, Michael Dell fonde sa société, sous le nom de PC’s Limited en 1984 (elle sera renommée Dell Computer Corporation en 1987) avec 1.000 dollars pour seul budget.

Face au succès inattendu de sa société, Michael Dell arrête ses études à 19 ans pour se consacrer à son entreprise. La société américaine voit alors son cours en Bourse multiplié par 500 entre 1996 et 2000, faisant ainsi de Dell le premier constructeur informatique mondial. A la même époque seule Nokia connaît une ascension aussi fulgurante en bourse. En mars 2004, Michael Dell cède son poste de PDG de Dell à Kevin Rollins mais reste Président du Conseil d’administration pour reprendre, finalement, ses fonctions en 2007.

En savoir plus sur l’histoire de Dell.