50 millions de blogs, 300 millions de visiteurs mensuels, 20 milliards de billets postés. Ce sont les chiffres de la plateforme de microblogging Tumblr, qui connaît actuellement un succès croissant aux États-Unis et même dans le monde entier. Et pourtant, son PDG, David Karp, est encore hésitant quant à la solution à adopter pour garantir un bon modèle économique sur le long terme.

Pourquoi tant d’hésitation avec des chiffres aussi prometteurs ?

Afin de faire face aux coûts d’hébergement croissants auxquels la société est confrontée aujourd’hui, celle-ci pourrait très facilement mettre en place des annonces publicitaires. Oui, mais il y a un hic : l’absence de publicité sur la plateforme Tumblr fait aussi partie de ses meilleurs atouts. David Karp en est conscient, c’est pourquoi il peine à trouver d’autres solutions viables pour minimiser l’impact des messages publicitaires sur le site.

Dans son interview au magazine américain Ad Age, il déclare : « Nous pourrions très facilement mettre des publicités Google dans le tableau de bord de Tumblr, et nous serions immédiatement rentables, mais nous préférerions vendre nos bureaux plutôt que d’en arriver là. » En effet, la mise en place de cette mesure lui permettrait de réaliser 120 millions d’impressions quotidiennes. Néanmoins, David Karp préfère réfléchir à d’autres solutions alternatives…

 

Mais comment ferait-il pour s’en tirer sans publicité ?

Dès le lancement du projet, ce sont les thèmes payants de Tumblr qui lui ont permis d’avoir assez de ressources pour assurer sa croissance. Puis, en septembre 2011, la société a pu bénéficier d’une levée de fonds de 85 millions de dollars. Toutefois, la recherche d’un modèle gratuit sans publicité reste un pari très risqué que très peu ont pu tenir sur le long terme.

Alors David Karp avoue préférer la solution de la rémunération de la plateforme directement par ses utilisateurs, par une technique de « mise en avant » des billets dans les flux des abonnés. Cette fonctionnalité est facturée 1 dollar par billet et vient récemment d’entrer en vigueur. En effet, cette solution peut nous faire penser au modèle des « tweets sponsorisés » de Twitter, qui consiste à insérer subrepticement des tweets publicitaires dans le flux d’actualité des twittos.

Enfin, dans son interview David Karp a expliqué qu’il allait « bientôt proposer de nouveaux outils de promotion ». Alors on reste connectés, et on est impatient d’assister aux belles surprises que la plateforme nous réserve pour les mois à venir, car elle est bien partie pour devenir la référence sur le net dans le microblogging gratuit, simple et facile d’accès pour tous les publics.

Sources : ITespresso.fr / Le Monde / Ad Age