Aujourd’hui nous recevons Damien Koenig, auto-entrepreneur dans l’événementiel.

Damien Koenig obtient une licence STAPS, management du sport à l’Université de Rouen. Pendant ces trois ans, les nombreux voyages effectués lui donnent le goût du voyage et de l’organisation. Il poursuit son cursus à l’ESC Amiens pour pouvoir se spécialiser dans l’événementiel. En 2010, il obtient un double diplôme « Business administration » de l’Université de Saint-Francis-Xavier, Canada. Lors de son dernier stage réalisé chez Banks & Sadler, une agence d’événementiel anglaise, il découvre le venue finding : ce principe consiste en un service non payant de recherche de lieux de réunion.

Fort de cette expérience, il revient en France et rejoint Team Tonic Services, une agence de team building sur Paris, où il crée un département à part entière « bien venue finding » basé sur ce même principe.

En 2011, il décide de monter sa propre entreprise en auto-entrepreneur Meet In Business regroupant toutes les capacités d’une agence événementielle sur le principe du « venue finding ».

Meet In Business


Yannick Ragot : Damien Koenig bonjour, vous avez choisi l’auto-entrepreneuriat pour monter votre entreprise, pouvez-vous nous expliquer votre choix ?

Damien Koenig : Le principe de Meet In Business est basé sur le fait que ce soit un service non payant, c’est-à-dire que je ne fais pas payer de marges aux clients. Je suis payé directement par le prestataire, entre 5% et 15% de la facture totale, qui sont déjà inclus dans le devis.

Cela permet une meilleure transparence et surtout de faire baisser les prix. L’auto-entrepreneuriat permet de limiter les frais et donc d’augmenter le retour sur investissement du client. Cela me permet d’être flexible sur le mode de fonctionnement de mes clients.


Yannick Ragot : On peut donc dire que vous êtes une agence low-cost. 

Damien Koenig :  Ma stratégie de positionnement est en effet de faire du low-cost vu qu’en période de crise, c’est l’événementiel qui est le plus durement touché. Le fait de pouvoir proposer des prix attractifs et en toute transparence permet aux entreprises, avec un budget raisonnable,  de continuer à faire de l’événementiel.


Yannick Ragot : L’auto-entrepreneuriat était donc le meilleur choix pour vous au vu de votre mode de fonctionnement. Voyez-vous des inconvénients à ce statut ?

Damien Koenig : Le plus dur est de convaincre le client… Il faut arriver à obtenir sa confiance ; lorsqu’il voit à la fois « low-cost » et « auto-entrepreneur », il est souvent méfiant. J’ai également peu de puissance financière pour les « gros » événements.  Pour retirer ces barrières, j’ai adapté mon mode de fonctionnement en décidant de ne toucher la commission qu’à la fin de l’événement. Cela montre aux clients que je vais jusqu’au bout des choses.


Yannick Ragot :
On dit souvent qu’il est difficile de lancer son entreprise en France. Est-ce que cela a été votre cas ?

Damien Koenig : Je n’ai pas eu de problèmes du point de vue administratif de par mon expérience ; toutefois le début est toujours difficile avec de courtes nuits… J’ai pu profiter de mon réseau professionnel pour me faire connaître.


Yannick Ragot :
Merci Damien Koenig pour ces réponses. Comment voyez-vous Meet In Business et le marché de l’événementiel dans les années à venir  ? 

Damien Koenig : Je souhaite pouvoir développer Meet In Business tout d’abord par le réseau d’auto-entrepreneur puis par la suite en devenant une véritable agence tout en gardant l’esprit « venue finding ». Le marché de l’événementiel est encore « tendu » mais j’ai bon espoir de pouvoir prendre une personne à plein temps dans l’année qui vient.


Yannick Ragot : Merci pour cette interview et bonne continuation avec Meet In Business. Où peut-on vous retrouver sur la Toile ?

Damien Koenig : En dehors du site, vous pouvez me retrouver sur Twitter, Facebook, et sur LinkedIn.