Au sein de l’entreprise, la richesse des informations issues de gestion de la relation client s’avère être un révélateur efficace du succès ou non d’une stratégie commerciale. Pour recueillir ces précieuses données, les questionnaires, études de satisfaction et autres enquêtes téléphoniques s’avèrent bien souvent intrusive auprès du consommateur, bien qu’incontournables. Aujourd’hui, avec l’émergence du 2.0, la donne a changé : le client a le pouvoir, les annonceurs exigent davantage de précision quant aux informations recueillies et surtout, plus de fraîcheur. En réponse à ces constats, Christophe Giraud a fondé Bpeek, une solution de collecte de données en temps réel dans les lieux de vente. Rencontre avec ce dernier…

bpeekNoëmie MARTINEZ : Bonjour Christophe Giraud et merci d’accorder cette interview à Business-Actor. En regardant d’un peu plus près votre parcours, on s’aperçoit que vous avez quitté le monde de la finance au profit de celui du digital. Pourquoi ce changement radical ? Quelles ont été vos motivations ?

Christophe Giraud: Bonjour Noëmie, après une première création d’entreprise dans le domaine du digital entre 2001 et 2003, ces quelques années dans la finance m’ont permis de rencontrer et d’accompagner de nombreux dirigeants de PME, du secteur digital ou de secteurs plus traditionnels. À presque 40 ans j’ai décidé qu’il était temps de revenir dans un monde digital encore en pleine évolution (mobile, économique et social) pour, au regard de mes quelques années d’expériences, faire avancer les choses et créer de la valeur à 3 niveaux, chez nos clients, chez les mobinautes et chez Bpeek.

J’ai développé Bpeek avec deux associés, Damien Sacchi et Xavier Tramoni.

Noëmie MARTINEZ : Pour ceux qui ne connaissent pas encore Bpeek, pouvez-vous présenter rapidement l’application et son intérêt, aussi bien côté annonceurs que mobinautes ?

Christophe Giraud: Coté annonceurs Bpeek est une solution de collecte de données en temps réel dans les lieux de vente pour permettre à nos clients de voir partout, tout le temps et sur simple demande ce qui passe dans les points de vente et ce qu’en pense les consommateurs. Bpeek intègre pour cela un service de géolocalisation, des photos, des scans ainsi que des remontées d’informations de type questions ouvertes et fermées.

Les mobinautes de leur coté, vont pouvoir réaliser grâce à Bpeek des missions rémunérées à coté de chez eux avec leur smartphone pour augmenter leur pouvoir d’achat et donner leur avis aux marques.

Noëmie MARTINEZ : Tout le monde semble donc gagnant à utiliser Bpeek. Et vous dans tout ça, quel est votre business model ?

Christophe Giraud: Notre business model est simple. Nous commercialisons des campagnes de collecte d’information à nos clients et nous rémunérons nos « missionautes » une fois que leurs missions sont validées par notre équipe backoffice. Entre les deux, il reste un peu de marge pour nous permettre de faire fonctionner et de développer l’entreprise.

Noëmie MARTINEZ : J’imagine que les études demandées par vos clients sont ciblées et s’appuient sur une segmentation bien précise des sondés. Y-a-t-il des critères et/ou exigences à remplir pour devenir missionaute ?

Christophe Giraud: Dans un premier temps, nous avons souhaité qu’aucun critère en particulier ne soit nécessaire pour devenir missionaute et donc que tous les mobinautes (de plus de 18 ans) puissent devenir des missionautes. La majorité des missions proposées sont donc disponibles pour tous les missionautes uniquement en fonction du lieu où ils se trouvent.

Certains clients nous demandent une segmentation plus précise pour certaines de leurs campagnes. Des missions sont donc disponibles en fonction du profil de chaque missionaute. Nous encourageons donc nos missionautes à compléter leur profil afin d’avoir accès à plus de missions car lorsque leur profil est incomplet, les missionautes n’ont pas accès à ces missions spécifiques.

Noëmie MARTINEZ : Combien peut-on espérer gagner sur une mission type ? Etre missionaute implique-t-il d’être auto-entrepreneur afin de déclarer les différents revenus générés ?

Christophe Giraud: Nos missions dans les lieux de vente sont rémunérées entre 3 et 10 euro. Notre missionaute le plus assidu a déjà gagné plus de 700€ !

Nous avons choisi un cadre juridique et fiscal grâce auquel il n’est pas nécessaire d’être auto-entrepreneur pour réaliser des missions avec Bpeek. Il suffit de télécharger l’application sur l’Appstore ou sur Google Play, de s’inscrire, d’accepter la géolocalisation et c’est parti ! Ces revenus complémentaires seront ensuite simplement imposables.

Noëmie MARTINEZ : Qui sont vos clients ?

Christophe Giraud: Nos clients sont à ce jour essentiellement des fabricants de bien de consommation et des distributeurs qui souhaitent savoir de quelle manière sont implantés leurs produits, leurs éléments de communication dans les magasins et comprendre ce qu’en pense les consommateurs.

D’autres secteurs d’activités sont également très intéressés par notre service pour obtenir une vision de ce qui se passe réellement sur le terrain de manière instantanée, fiable et homogène.

Noëmie MARTINEZ : Pour finir, où peut-on vous retrouver sur internet pour en savoir plus sur Bpeek ? (Les lecteurs de Business-Actor sont très curieux ! ;) )

Christophe Giraud: Vous pouvez en savoir plus en consultant notre site, www.bpeek.com ainsi que notre blog, www.blog.bpeek.com.

Merci.