Sophie Davis : Comment avez-vous eu l’idée de créer eWorky.com?
Cécilia Durieux : Tout d’abord, je suis également cofondatrice d’un cabinet de conseil spécialisé dans le développement de nouvelles organisations de travail, Greenworking (www.greenworking.fr). Dans le cadre de nos missions, avec mes associés Olivier et Tahir, nous nous sommes rendu compte que la mobilité se développait de manière importante en entreprise et que l’offre en matière de lieux de travail explosait.
Ensuite, il y a une véritable sous-exploitation de l’immobilier d’entreprise et nous avons pensé que le phénomène de consommation collaborative gagnerait ce secteur, tant les bénéfices du partage de bureaux ou de salles de réunion, qu’ils soient humains ou financiers, sont importants.
Enfin, nous n’avions pas de locaux au départ et nous recherchions régulièrement, non sans difficulté, des lieux pour travailler (cafés WiFi notamment) et des salles de réunion ou de formation pour nos clients. L’offre était peu lisible et de là est venue l’idée de construire un marché collaboratif du lieu de travail, qui permette de trouver son bonheur où que l’on soit !

 

SD : Comment se déroule votre journée type?
CD: Lorsque je travaille sur eWorky, ma journée classique s’étale de 9h30 à 23h30.
En journée, je prends contact avec des partenaires potentiels ou des journalistes, j’échange avec le reste de l’équipe, je réfléchis à notre stratégie de marketing, je fais passer des entretiens de recrutement.
Le soir, j’assiste en général à un événement de networking. Et, plutôt sympa, il m’arrive de plus en plus régulièrement de me rendre à des conférences à l’étranger, car nous nous lançons à l’international! Je ne fais par contre plus la différence entre les journées de semaine et les week-ends. Donc plus de joie le vendredi soir lorsque tout le monde est heureux d’être en week-end, mais plus de déprime non plus le dimanche soir et lundi matin !

 

SD : Avez-vous rencontré des obstacles? Lesquels?
CD
: Les obstacles les plus compliqués à gérer sont les relations humaines car le monde de l’entreprise n’est pas toujours tendre. Après il y a des obstacles techniques ou administratifs mais ils sont largement surmontables
Je suis beaucoup plus épanouie en tant qu’entrepreneur que lorsque j’étais salariée, les obstacles ne sont vraiment rien en comparaison de ce que peut apporter la création d’entreprise : un sens à son travail, un esprit d’équipe très fort, une grande variété dans les tâches réalisées, des rencontres nombreuses et enrichissantes.

 


SD : Quelle tendance, du web ou de la société en général, vous apporte le plus d’enthousiasme?
CD : La consommation collaborative est une tendance géniale : il s’agit du fait de partager sa voiture, sa maison, son repas ou ses bureaux. Car pouvons-nous nous permettre de tout posséder (et souvent gaspiller) en ces temps de crise financière et environnementale ?
La consommation collaborative appliquée aux bureaux me séduit d’autant plus qu’elle a l’avantage d’ajouter aux bénéfices environnementaux et financiers des bénéfices humains : ceux du coworking, ou comment être plus innovant et produire plus de valeur en travaillant avec d’autres personnes dans un esprit communautaire.

 

SD : Si vous aviez 3 conseils à donner aux entrepreneurs qui démarrent, lesquels donneriez-vous?
CD
: Travaillez dur, networkez et osez ;)

 

SD : Qui est votre héros?
CD
: Je n’ai pas vraiment de héros en tête, mais j’admire les personnes qui, tout en réussissant bien dans leur vie professionnelle ou personnelle, parviennent à conserver leurs valeurs intactes, à rester saines et accessibles.

Merci Cécilia!
Et je vous invite à faire un tour sur eWorky.com pour dégoter votre prochain bureau!