La nouvelle est tombée il y a quelques jours !

Le site américain de réseautage social géolocalisé Gowalla (équivalent de Foursquare) vient d’être racheté par Facebook.
Lancée en 2009 à Austin, capitale du Texas, l’application géolocalisée Gowalla permet aux membres via leurs mobiles d’indiquer l’endroit où ils se trouvent et d’ajouter des commentaires, des photos… et de recevoir des récompenses (timbres, pin’s numériques, réductions…) en fonction de leur environnement proche. Une belle idée déjà exploitée par Foursquare pour découvrir de nouveaux lieux, indiquer aux autres les endroits que l’on apprécie et les partager.
gowallaMalgré une levée de fonds de plus de 10 millions de dollars lors de son lancement, Gowalla n’a pas pourtant connu le succès escompté.

C’est ainsi que lundi 5 décembre 2011, les fondateurs de Gowalla ont annoncé l’arrêt de ce service fin janvier 2012 afin de rejoindre Facebook, qui a racheté l’entreprise. Les utilisateurs de Gowalla seront toutefois guidés afin de sauvegarder les données et photos confiées au site.

josh-williams-gowallaJosh Williams, cofondateur de Gowalla a ainsi expliqué « Nous sommes ravis d’annoncer que nous allons faire le voyage en Californie pour rejoindre Facebook ». Et détail important mentionné par un porte-parole de Facebook, la plateforme communautaire a « acheté » les employés et non le service Gowalla comme mentionné ci-après « Facebook n’achète pas le service ou la technologie de Gowalla, mais nous sommes sûrs que l’inspiration qui a débouché sur Gowalla va s’exprimer dans Facebook ». A travers se rachat, Facebook souhaite que les anciens employés de Gowalla travaillent sur « Lieux » ainsi que sur la Timeline, interface qui présente de façon chronologique les dernières mises à jour des membres. Mais ce n’est qu’une hypothèse qui n’a pas été affirmée à ce jour.

Selon une étude de l’IFOP publiée fin 2010, 73% des sondés ne connaissent pas les applications informatiques comme Facebook Lieux, Foursquare et Gowalla. On peut ainsi penser que le rachat de Gowalla permettra à Facebook d’améliorer d’une part son propre service de géolocalisation « Lieux » qui reste pour le moment méconnu et peu utilisé, et d’autre part d’inciter les internautes à passer davantage de temps sur la plateforme (même si la fréquence d’utilisation et le temps de visite restent plus élevés que sur les autres réseaux sociaux). En effet, 31% des membres Facebook déclarent diminuer progressivement leur temps passé sur la plateforme par rapport à l’an passé[1].


[1] Selon une étude menée par le cabinet Lightspeed Research du groupe WPP en octobre 2011 auprès d’un panel de 1011 internautes français inscrits sur au moins un réseau social