Si YouTube est depuis longtemps une référence pour le partage de contenu vidéo, le site SoundCloud est en passe de devenir la référence mondiale pour le partage de contenu audio.
5 millions d’utilisateurs en 6 mois
SoundCloud, c’est ce qui permet à tous les créateurs de contenu audio, musiciens comme utilisateurs occasionnels, de mettre en ligne facilement leurs créations ou leurs enregistrements, en quelques étapes simples. Alors que le site n’en était qu’à 5 millions d’utilisateurs en juin 2011, celui-ci en est aujourd’hui à 10 millions. Les fondateurs Alexander Ljung et Eric Wahlforss ont réalisé pour l’occasion une séance de diapositives numérique pour résumer l’histoire du site en quelques mots.
En permanence engagé dans sa mission de « faire entendre le web » (unmute the web), Alexander Ljung s’est exprimé dans un communiqué:

Alexander_Ljung_et_Eric_Wahlforss

Quand Eric Wahlforss et moi avons lancé SoundCloud, nous avions pour idée de permettre aux gens de créer et de partager des sons plus facilement et de manière collaborative. Aujourd’hui 10 millions de personnes utilisent Soundcloud et cela nous rend très fiers et heureux de constater que les gens soutiennent notre mission pour faire entendre le Web.
Mais dans le colimateur des lois antipiratage

Suite à la récente fermeture du site de partage de fichiers MegaUpload, ainsi que la poursuite judiciaire du site de streaming gratuit Grooveshark suite aux nouvelles lois américaines SOPA & PIPA à venir, le site SoundCloud est désormais la prochaine cible des acteurs gouvernementaux. En effet, tout le contenu sous licence Copyright qui s’y trouve n’est pas surveillé (contrairement à YouTube qui est déjà réglementé) et le site va sûrement devoir faire des efforts en ce sens dans les mois à venir.

D’autant plus que les nouvelles lois du traité ACTA signé ce jeudi 26 janvier par l’Union Europénne, les mesures d’Hadopi en France et les actions de la GEMA en Allemagne tendent à suivre le chemin tracé par les américains au sujet de la répression de la « fraude numérique ». De nouveaux droits sur la propriété intellectuelle pourraient changer le monde du web, pour le meilleur et pour le pire…